j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Pas de courant,plainte donc contre EDF,depuis 14mois:chantage, fraudes,détournements de fonds,association de malfaiteurs en bande organisée,qui signale sur 7fausses factures bimestrielles,toujours augmentées, et 8sms:coupures immédiates.Ce sont donc des pros de l'arnaque!

 

Images 36     

 img_20170303_191231Photo published for Michel N'youngou Christophe

Visit the post for more: MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE, Achetez 1 livre pour offrir!

Livres et Intelligence mi/n/ch

MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE    http://michelnchristophe.com

Légifrance

    Jurisprudence

 

   Loto Keno etc..
   Météo

Elle est pas belle la vie des élus (271.47 Ko)


Accueil
 
 

christo-renn (@ChristoRenn) | Twitter

https://twitter.com/ChristoRenn

 

   Humour

  
   Légifrance,Textes et lois
  
    Loto
    Keno

 
 
 
Images 36
 

Sarkozy,le financement libyen

https://christo-renn.com     Sarkozy,le financement libyen

 

http://www.liberation.fr/

Les millions libyens refont surface

Muammar al-Kadhafi et Nicolas Sarkozy, le 10 décembre 2007 à l'Elysée. Photo Eric Feferberg. AFP

Affaire libyenne: les policiers remontent la piste des espèces de Sarkozy 2007 (Mediapart)

«Mediapart» révèle un nouveau document de 2007 mentionnant le versement de 6,5 millions d’euros de Tripoli à la campagne de Sarkozy Les millions libyens refont surface

Une pièce de plus dans le jukebox, cette entêtante musique libyenne planant sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Mardi, Mediapart a exhumé un nouveau document écrit faisant état de la sollicitude de feu le colonel Khadafi : un carnet de Choukri Ghanem, Premier ministre libyen (2003-2006) puis ministre du Pétrole (2006-2011). Il y indique avoir transféré 1,5 million d’euros à l’équipe Sarkozy et mentionne deux autres versements via des dignitaires du régime khadafiste, portant le total à 6,5 millions d’euros.

En mai 2012, dans l’entre-deux tours, Mediapart avait déniché une précédente note écrite, sous la plume de Moussa Koussa, ancien patron des services secrets libyens, faisant état d’une «approbation d’appuyer sa campagne électorale pour un montant de 50 millions d’euros». Ce document-là (rédigé en décembre 2006, quelques mois avant la présidentielle) avait fait polémique : il ne s’agissait que d’une intention de financer Sarkozy, le montant envisagé dépassant amplement le plafond de dépenses électorales autorisées (20 millions). Mais ce document-ci, rédigé en avril 2007, au cœur de l’élection, évoque un passage à l’acte, pour des montants bien moindres mais plus conformes.

Danube. Cela ne constitue pas encore une preuve, mais alimente un peu plus les soupçons. Jusque-là, il fallait se contenter de déclarations orales d’anciens dignitaires libyens, légitimement aigris d’avoir été renversés à l’été 2010 par une opération militaire diligentée par la France, réservant un chien de leur chienne à Nicolas Sarkozy. Comme Saïf al-Islam, fils de Muammar al-Khadafi, depuis emprisonné en Libye : «C’est nous qui avons financé sa campagne, nous en avons les preuves et sommes prêts à en révéler tous les détails», avait-il dit en mars 2011. Ou Baghdadi al-Mahmoudi, ancien Premier ministre lui aussi détenu sur place : «J’ai supervisé le dossier du financement de la campagne de M. Sarkozy. Des fonds ont été transférés en Suisse.» Ou encore Moftah Missouri, ancien traducteur de Khadafi, confessant à l’émission Complément d’enquête : «Kadhafi m’a dit verbalement que la Libye lui avait versé une vingtaine de millions.» Même le premier président de la Libye post-kadhafiste, Mohamed el-Megarief (2012-2013), y est allé de sa petite musique: «Oui, Khadafi a financé Sarkozy et a continué de le faire jusqu’en 2009.»

Tant qu’il s’agissait de témoignages oraux, Sarkozy pouvait plastronner : «C’est grotesque ! S’ils avaient financé ma campagne, je n’aurais pas été très reconnaissant…» L’ex-président avait contesté l’authenticité du premier document écrit par Moussa Koussa, portant plainte contre Mediapart, non pas pour diffamation mais pour faux… Il s’est fait bananer en juin sur ce point, sa plainte s’achevant par un non-lieu. Bis repetita avec le carnet de Choukri Ghanem ?

Si rien n’est certain à ce stade, les témoins d’un éventuel financement ont connu quelques revers de fortune. Koussa, un temps exfiltré au Qatar, pays ami de la sarkozie, a depuis fait machine arrière sous la menace d’une extradition en Libye. Mahmoudi, un temps arrêté en Tunisie, selon lui «à l’instigation du président français afin que le financement de sa campagne ne soit pas dévoilé», a été extradé vers la Libye après avoir refusé de revenir sur ses propos. Ghanem, réfugié en Autriche, est lui décédé en 2012, par noyade dans le Danube - suicide ou meurtre, la question reste ouverte. Lui ne risque plus de parler, mais ses carnets, après un détour par la Norvège dans le cadre d’une affaire de corruption visant l’industrie chimique, ont fini par être transmis à la justice française.

Barnum. Le grand sachant de tout ce barnum franco-libyen fait l’objet de toutes les attentions. Bachir Saleh, argentier du régime Khadafi, à la tête d’un important fonds d’investissement libyen, est bien vivant et toujours en liberté. Un temps réfugié en France sous la présidence Sarkozy, une bonne escorte garantissant son silence, il sera brusquement exfiltré en pleine campagne présidentielle 2012, sur fond(s) de premiers soupçons libyens. A la manœuvre, Bernard Squarcini, alors omnipotent à la tête de la DCRI mais plus pour longtemps (lire ci-dessus), et Alexandre Djouhri, homme à tout faire de la chiraquie puis de la sarkozie. Destination Afrique du Sud, où il tâche de ne plus faire parler de lui. Et encore moins de parler de Sarkozy.

Renaud Lecadre

 

 

Actualités Politique, Monde, Economie et Culture - L'Express

Sarkozy et l'argent libyen: des primes en "cash" dans le viseur des enquêteurs

 Par LEXPRESS.fr  le 
Le député LR Eric Woerth, ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a de nouveau été entendu par les enquêteurs chargés de l'affaire du possible financement libyen.

Le député LR Eric Woerth, ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a de nouveau été entendu par les enquêteurs chargés de l'affaire du possible financement libyen.

afp.com/CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Les policiers ont interrogé début mai plusieurs proches de Nicolas Sarkozy, dont Éric Woerth, dans l'enquête sur le financement libyen présumé de sa campagne de 2007.

A défaut d'avoir retrouvé des preuves de versements occultes émanant de la Libye, la justice tente de déterminer ce que serait devenu cet argent. Les juges d'instruction chargés de l'enquête sur le possible financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy ont demandé début mai l'audition de plusieurs proches de l'ex-chef de l'État, rapporte ce samedi Mediapart.  

D'après le site d'investigation, Eric Woerth, trésorier durant cette période, a été entendu sous le statut de "suspect libre" par les enquêteurs anticorruption. D'anciens employés affectés à la campagne ont quant à eux été placés en garde à vue. Ils ont également vu leur domicile perquisitionné.  

Des compléments de salaires en liquide

Les policiers s'intéressent à une série de primes en liquide versées aux salariés en tant que compléments de salaire après l'élection. Ils se demandent si cet argent "cash" ne provient pas des fameuses "valises d'argent libyen" que Zied Takkiedine, sulfureux homme d'affaires, affirme avoir remis à Nicolas Sarkozy et Claude Guéant entre 2006 et 2007. L'existence de ces fonds n'a toutefois jamais été prouvée.  

Eric Woerth et plusieurs employés ont confirmé l'existence de ces primes en liquide mais le premier a démenti tout lien avec un financement étranger. Contestant toute irrégularité dans les comptes de campagne, le député Les Républicains de l'Oise aurait toutefois reconnu, selon Mediapart, que cette trésorerie était tellement abondante qu'il s'est demandé s'il ne fallait pas "brûler les billets". 

"Des liasses de billets de 10, 20 et 50 euros"

 

Le site d'investigation révèle le témoignage d'un employé de la campagne de Nicolas Sarkozy, affecté à la cellule communication. Ce dernier aurait déclaré aux policiers que ses fiches de paie ne mentionnaient qu'une infime partie de son salaire. Il recevait le reste en espèces. Aux enquêteurs, il a décrit une "armoire" où était entreposée "des liasses de billets de 10, 20 et 50 euros". 

Ces "avances" pouvaient s'élever à plusieurs milliers d'euros, selon les employés interrogés. Dans une enquête publiée en novembre 2016, Le Monde affirmait que la justice avait accumulé de "nombreux indices" accréditant la piste d'un financement de la campagne de 2007 par le régime de Kadhafi mais pas de preuve définitive. Les juges d'instruction disposent d'au moins sept témoignages accablants mais ils restent invérifiables en l'état.  

 

Fillon "a en tête de faire invalider l'élection présidentielle", avance Bourgi

Édouard Philippe à Matignon: les boulets du nouveau Premier ministre

NUE PROPRIETE: l'investissement immobilier sans impact fiscalavec Gresham Banque Privée

  

TV5 MONDE

Libye

Soupçons de financement libyen: Eric Woerth entendu par les enquêteurs

Le député LR Eric Woerth à Paris, le 16 mai 2017

Le député LR Eric Woerth à Paris, le 16 mai 2017

afp.com - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

27 MAI 2017


 AFP 

© 2017 AFP

 

 

Le député LR Eric Woerth a été entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par l'ancien régime libyen de Mouammar Kadhafi, a-t-il déclaré samedi à l'AFP.

L'ancien trésorier de la campagne a indiqué, sans plus de précisions, avoir été entendu "par la police" il y a plusieurs semaines, confirmant une information de Mediapart, qui évoque une audition début mai par les enquêteurs de l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff).

Sollicité, son avocat Me Jean-Yves Le Borgne n'a pas souhaité faire de commentaires.

Par ailleurs, l'ancien bras droit d'Eric Woerth, Vincent Talvas, trésorier adjoint de la campagne de 2007, et une ex-collaboratrice du député, Manoëlle Martin, actuelle vice-présidente du conseil régional des Hauts-de-France, ont été placés en garde à vue dans le cadre de cette affaire, selon Mediapart qui ajoute que d'anciens employés du QG de campagne ont également été entendus.

"Ces investigations cherchent à établir si des espèces ont été utilisées hors comptabilité lors de la campagne de 2007 et s'intéressent notamment à des primes en liquide qui auraient été versées à certains collaborateurs", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

Entendu en janvier par les policiers, le député européen Jérôme Lavrilleux, renvoyé en correctionnelle dans l’affaire Bygmalion, avait affirmé que d'importantes sommes d'argent en liquide avaient circulé pendant la campagne de 2007, selon cette source.

Dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen, les juges s'intéressent à des flux financiers impliquant des protagonistes liés au régime de Kadhafi.

D'anciens hauts responsables du régime et des témoins ont évoqué la thèse de versements, mais les magistrats n'ont pas la preuve que des fonds aient alimenté la campagne.

L'enquête a rebondi en novembre avec les déclarations fracassantes de l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine: il avait affirmé à Mediapart avoir remis au camp Sarkozy, entre novembre 2006 et début 2007, trois valises contenant 5 millions d'euros en provenance du régime Kadhafi.

Ces allégations ont valu à celui qui joua un rôle d'émissaire de la France en Libye une mise en examen le 7 décembre notamment pour complicité de corruption et complicité de détournements de fonds publics en Libye.

Les juges s'intéressent également à un virement de 500.000 euros perçu en mars 2008 par Claude Guéant, ex-secrétaire général de l'Élysée. Il s'agissait du fruit de la vente de deux tableaux, s'était-il défendu, sans convaincre les magistrats qui soupçonnent qu'il pourrait s'agir de fonds libyens et l'ont mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

enquête

corruption

partis

élections

ump

LR

Libye

AFP

© 2017 AFP

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire