j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Pas de courant,plainte donc contre EDF,depuis 14mois:chantage, fraudes,détournements de fonds,association de malfaiteurs en bande organisée,qui signale sur 7fausses factures bimestrielles,toujours augmentées, et 8sms:coupures immédiates.Ce sont donc des pros de l'arnaque!

 

Images 36     

 img_20170303_191231Photo published for Michel N'youngou Christophe

Visit the post for more: MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE, Achetez 1 livre pour offrir!

Livres et Intelligence mi/n/ch

MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE    http://michelnchristophe.com

Légifrance

    Jurisprudence

 

   Loto Keno etc..
   Météo

Elle est pas belle la vie des élus (271.47 Ko)


Accueil
 
 

christo-renn (@ChristoRenn) | Twitter

https://twitter.com/ChristoRenn

 

   Humour

  
   Légifrance,Textes et lois
  
    Loto
    Keno

 
 
 
Images 36
 

Qatar,tempête,sport foot,Invest

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 https://christo-renn.com   Qatar,tempête,sport foot,Invest

 

Le ciel se vide au dessus du Qatar, sur fond de crise diplomatique avec le camp prosaoudien

Le Koweït et la Turquie ont cherché à établir un lien avec Doha, qui se retrouve en difficulté à la suite de la fermeture de toutes les frontières terrestres et maritimes avec l’Arabie saoudite et ses alliés.

Le Monde.fr avec AFP |  • Mis à jour le 

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

image: http://s2.lemde.fr/image/2017/06/06/534x0/5139220_6_0021_a-l-aeroport-de-doha-les-passagers-d-un_c8428b271ba62ae40996eaf32be3e23c.jpg

A l’aéroport de Doha, les passagers d’un vol annulé.

« Annulé ». Sur les tableaux d’affichage du gigantesque aéroport internationalHamad de Doha, l’un des plus luxueux au monde, la mention se retrouve en face de nombreux vols, depuis que le Qatar est visé par un boycott régional de l’Arabie Saoudite et ses alliés.

Les compagnies aériennes d’Arabie saoudite, des Emirats, de Bahreïn et d’Egypte ont suspendu « jusqu’à nouvel ordre » tous leurs vols à destination ou en provenance du Qatar. Sans le même temps, Qatar Airways, qui dessert neuf villes en Arabie, a annoncé avoir suspendu sine die tous ses vols vers le royaume saoudien, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte.

 Lire aussi :   « C’est une crise existentielle pour le Qatar »

Aprrovisionnement en vivres

A ces interdictions de vol s’ajoutent des mesures économiques comme la fermeture de toutes les frontières terrestres et maritimes entre ces pays et le Qatar, ou encore des restrictions aux déplacements des personnes.

Le blocus économique anti-Qatar a également déclenché une ruée sur les supermarchés dans le petit émirat gazier. Affolés par la perspective de pénuries, les habitants se pressaient devant les caisses enregistreuses, poussant des Caddie remplis à ras bord de victuailles. L’essentiel de l’approvisionnement alimentaire du pays, une presqu’île désertique à peine plus grande que la Corse, provient de l’extérieur.

« Environ 40 % de l’approvisionnement alimentaire du Qatar transite par la frontière terrestre avec l’Arabie saoudite », selon une étude d’Anthony Skinner, directeur pour le Moyen-Orient de Verisk Maplecroft, un cabinet de conseil mondial en risques. L’alternative pour le Qatar est d’importer des vivres d’Iranou d’Oman par voie maritime, et par avion depuis la Turquie, l’Europe et l’Asie du Sud-Est. Des contraintes qui risquent de faire flamber le prix des aliments.

Lire aussi :   Ruée dans les supermarchés au Qatar après sa mise au ban par ses voisins

Appel à un « dialogue ouvert et honnête »

L’Arabie saoudite, le Yémen, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont invoqué des questions de sécurité nationale pour justifier la rupture des relations diplomatiques avec leur voisin. Ils l’accusent, en effet, de déstabiliser la région et de soutenir des « groupes terroristes », y compris Al-Qaida, l’organisation Etat islamique (EI) et la confrérie des Frères musulmans. Il lui est aussi reproché de ne pas prendre assez de distance avec l’Iran, grand rival de l’Arabie saoudite.

 Lire aussi :   Les raisons qui ont conduit l’Arabie saoudite à mettre au ban le Qatar

Riche pays gazier à la politique étrangère controversée, le Qatar avait au départ réagi avec colère aux décisions annoncées par Riyad et ses alliés, les accusant de vouloir le mettre « sous tutelle » et de l’étouffer économiquement.

Mais le pays a depuis infléchi son discours. Dans la nuit de lundi à mardi, le Qatar a donné l’impression de chercher une issue à la crise, appelant à un « dialogue ouvert et honnête ». Dans un discours diffusé par la télévision Al-Jazira, le chef de la diplomatie de l’émirat, cheikh Mohamed Ben Abderrahmane Al-Thani, a assuré qu’il n’y aurait pas « d’escalade » de la part du Qatar.

Des médiateurs

Dans le même temps, plusieurs pays ont essayé de jouer les médiateurs dans cette crise, la plus grave depuis la naissance du Conseil de coopération du Golfe (CCG), en 1981.

L’émir du Koweït doit se rendre mardi 6 juin en Arabie saoudite pour s’entretenir avec le roi Salmane. Le ministre des affaires étrangères qatari a expliqué à la chaîne de télévision Al Djazira que Doha voulait donner à l’émir du Koweït la possibilité de « communiquer avec les parties impliquées dans la crise et de tenter de maîtriser la situation ».

La Turquie, qui entretient des rapports étroits avec les monarchies du Golfe, a aussi prôné le dialogue. Lundi soir, le roi Salmane a reçu un appel téléphonique du président turc, Recep Tayyip Erdogan. Le porte-parole de ce dernier a fait savoir que M. Erdogan avait entrepris « des efforts diplomatiques » qui pourraient durer des « semaines ».

La France a souhaité mardi qu’un dialogue s’engage dans la région du Golfe, insistant sur « la progression de l’intégration régionale » et assurant de sa coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Alliés à la fois de Riyad et de Doha, les Etats-Unis avaient invité dès lundi les pays du Golfe à rester « unis », par la voix du secrétaire d’Etat, Rex Tillerson. Le Qatar héberge la plus grande base aérienne américaine dans la région, forte de 10 000 hommes, et siège du commandement militaire américain chargé du Moyen-Orient. Cette base est cruciale pour la lutte menée contre l’organisation djihadiste Etat islamique en Syrie et Irak par la coalition internationale menée par Washington, et dont fait partie Doha.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/06/crise-avec-le-qatar-les-vols-a-destination-ou-en-provenance-de-doha-annules_5139221_3218.html#R3y3sR9P1q4tsZEU.99

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/06/crise-avec-le-qatar-les-vols-a-destination-ou-en-provenance-de-doha-annules_5139221_3218.html#R3y3sR9P1q4tsZEU.99

 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/06/crise-avec-le-qatar-les-vols-a-destination-ou-en-provenance-de-doha-annules_5139221_3218.html#R3y3sR9P1q4tsZEU.99

 

Édition abonnés Contenu exclusif


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/06/crise-avec-le-qatar-les-vols-a-destination-ou-en-provenance-de-doha-annules_5139221_3218.html#R3y3sR9P1q4tsZEU.99

 

https://www.lequipe.fr/

Crise diplomatique dans le Golfe : que pèse le Qatar dans le sport ?

Le Qatar, avec qui l'Arabie Saoudite et ses alliés ont rompu leurs relations diplomatiques et commerciales, lundi, l'accusant de soutenir le «terrorisme», est très présent dans le sport, notamment en France. Un «soft power» (puissance douce).

Tous sports - Jean Le Bail - Aspire, l''académie sportive de Doha, symbole des ambitions du petit émirat. (L'Equipe)

Aspire, l''académie sportive de Doha, symbole des ambitions du petit émirat. (L'Equipe)

Quels sont les intérêts sportifs qataris en France ?

Vitrine de l'Etat gazier en France : le PSG. Racheté en juin 2011, le club parisien bénéficie d'énormes investissements. Par exemple, en six saisons, sa balance des transferts accuse un déficit de près de 600 M€. Si les autres clubs français ont peu profité de ses emplettes sur le marché des joueurs, ils ont largement bénéficié de l'arrivée d'un autre acteur qatari : beIN Sports. En 2012, la chaîne, (ex-Al-Jazeera Sport), présente sur tous les continents, a racheté une partie des droits télé de la Ligue 1 et diffusera les Coupes européennes jusqu'en 2018.

Le Qatar est également propriétaire du PSG Handball, de plusieurs courses hippiques dont le Prix de l'Arc de triomphe. La ville de Paris, son image et sa notoriété dans le monde, sont au coeur de sa stratégie pour communiquer à l'échelle planétaire. Comme l'est en Espagne le sponsoring maillot du FC Barcelone, une tunique vendue à des millions d'exemplaires avec les logos de Fondation du Qatar (2011-2013) puis de Qatar Airways (2013-2017).

 

Quels sont les sports dans lesquels le Qatar investit ?

Tous ou presque. Pas une discipline n'est laissée de côté par l'appétit du petit émirat : football, handball, équitation, tennis, cyclisme etc. Son développement dans le sport passe à la fois par l'acquisition de clubs ou d'événements et aussi beaucoup par l'organisation de compétitions internationales sur son sol.
 

Non content d'avoir obtenu l'organisation du Mondial de football 2022 (une première pour le monde arabo-musulman), des Championnats du monde d'athlétisme (2019), des Championnats du monde de cyclisme (en octobre dernier) ou encore du Mondial de handball (en 2015), le Qatar a prévu, rien qu'en 2017, d'organiser 39 compétitions internationales, dont une étape de la Coupe du monde de natation petit bassin, en septembre. Des compétitions de haut niveau de pentathlon, voile, squash et saut d'obstacle sont aussi programmées d'ici la fin de l'année. Avec des risques d'annulation si la crise persiste ?

 

 
 
 
 

Quelle est la stratégie du Qatar avec le sport ?

Elle est à la fois diplomatique et économique. Diplomatique ? «Vivant dans une zone géopolitique troublée, le Qatar a choisi la diplomatie sportive pour exister sur la carte. Le Qatar mise sur la visibilité du sport et son attractivité pour se faire connaître de façon positive dans le monde entier», expliquait le géopolitologue Pascal Boniface, directeur de l'Institut de Recherche Internationale et Stratégique (IRIS), quelques semaines après le rachat du PSG.

L'organisation d'évènements sportifs mondiaux permet également au Qatar d'espérer se garantir une forte croissance économique à court et moyen terme. Les investissements envisagés en prévision du Mondial 2022 atteignent 100 milliards de dollars. Plus largement, il s'agit d'anticiper une baisse des revenus du gaz et de tourner l'économie du pays vers le tourisme notamment.

 

Le Qatar lui-même réussit-il sur la scène sportive ?

Pas évident pour ce très petit pays (2,4 millions d'habitants) qui ne compte qu'une vingtaine de milliers de sportifs pratiquants. Illustration : son équipe de football, 88e nation FIFA, est mal partie dans les qualifications pour le Mondial 2018 (dernière de son groupe). Pour combler son retard, le Qatar compte à la fois sur les naturalisations de sportifs étrangers et la formation.

 

La politique de naturalisation s'est illustrée dans le handball de façon spectaculaire (et controversée) par la création d'une sélection de «mercenaires» (un Français, un Cubain, deux Égyptiens, trois Monténégrins...) qui a atteint la finale de «ses» Mondiaux à domicile face à la France en 2015.

La même stratégie a conduit le Qatar à naturaliser des athlétes originaires d'Afrique de l'Est (Kenya. Ethiopie, Soudan). Une pratique qui s'accompagne d'accusations d'«esclavage moderne» (les athlètes perdent leur identité).

La formation ? La création en 2004 de l'Académie Aspire - une infrastructure dernier cri où séjourne régulièrement le PSG - participe d'une vision à long terme de l'émirat. L'objectif est d'attirer de futurs grands talents mondiaux.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire