j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

L'UE monstre crée par la CIA

​​http://christo-renn.com

NEW TUNISIA TV

 

L’UE a toujours été un projet de la CIA

By med2015 • On  • In Actualité - Nationale Actualité - Nationale 0

Pas étonnant que Washington s’oppose au Brexit. L’Union européenne est un projet soutenu par les États-Unis depuis ses origines, selon des documents du Département d’État qu’a pu consulter un journaliste du Daily Telegraph.

L’opposition active de Washington à l’éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’est en rien étonnante, car ce sont précisément les services spéciaux américains qui sont à l’origine de ce grand projet européen, lit-on sous la plume du journaliste du Daily Telegraph, Ambrose Evans-Pritchard.Des documents déclassifiés par le Département d’État américain montrent clairement que les services spéciaux US ont secrètement financé l’intégration européenne pendant des décennies, souligne l’auteur de l’article. Plus encore, les autorités américaines ont déployé des efforts considérables afin de pousser le Royaume dans l’Union.

L’un de ces documents, daté de 26 juillet 1950, évoque une campagne visant à promouvoir un parlement européen à part entière. Ce document a été signé par le général américain William J.Donovan qui, à l’époque, a dirigé l’OSS (Office of Strategic Services), peu après remplacé par la CIA (Central Intelligence Agency, Agence centrale de renseignement).

D’après la même source, la CIA a utilisé certains pères fondateurs de l’Union européens comme agents. L’organisation les a activement empêchés de rechercher de nouvelles sources de financement pour qu’ils ne puissent pas mettre fin à leur dépendance vis-à-vis de Washington.Selon le journaliste du Daily Telegraph, une telle politique « n’est en rien malveillante ».

« Les États-Unis ont fait preuve de clairvoyance dans le contexte de la guerre froide. Leur reconstruction politique de l’Europe a été un grand succès », estime le journaliste.

Depuis lors, les États-Unis se sont servis de l’UE comme point d’appui pour leurs intérêts en Europe. La stratégie politique US en France, en Italie, en Allemagne et en Scandinavie s’inscrit dans la logique américaine: ils sont convaincus que l’Union européenne est un instrument de l’influence anglo-saxonne.

On ne peut pas dire que les relations entre les États-Unis et l’UE soient sans nuage. Cependant, selon l’auteur du Telegraph les États-Unis doivent soutenir l’Europe qui est actuellement la cible de trois menaces, à savoir les djihadistes, la Russie et la Chine.

Fait curieux, le journaliste prône le maintien de la participation de son pays à l’UE se référant à une menace russe croissante.

Auparavant, le président américain Barack Obama, lors de sa visite à Londres, a essayé de persuader les Britanniques de voter pour le maintien au sein de l’UE. Le chef d’Etat américain a prévenu que le Royaume-Uni régresserait en termes de commerce avec les USA s’il quittait l’Union européenne.

Source: https://fr.sputniknews.com/international/201604291024628274-europe-etats-unis-brexit/ 

 

 

http://journal-audible.org/

Monnet, Schuman : Pères de l’Europe ou fils des américains ?

  

europ

 

L’histoire officielle nous enseigne que Robert Schuman, Ministre français des Affaires étrangères, inspiré par son grand ami Jean Monnet, commissaire au Plan, a sorti de son chapeau magique, en 1950, une déclaration qui révolutionnera le paysage politique européen . Mais cette « Déclaration Schuman » qui irradie le désir de paix et d’amour entre les peuples d’Europe, est-elle l’œuvre d’un visionnaire désintéressé, ou celle d’un simple pion des Etats-Unis ?

Le rôle des Etats-Unis dans la construction européenne

Grâce à l’ouverture des archives de la CIA, en 2000, Joshua Paul, Universitaire de Washington découvre un lien étroit entre le Mouvement Européen, organisation fédéraliste la plus importante d’après-guerre, et l’OSS (Bureau des services stratégiques), ancêtre de la CIA.
En effet, le Comité Américain pour une Europe Unie (ACUE), créé en 1949, en grande partie composé d’agents de l’OSS, a financé le Mouvement Européen de Robert Schuman et Paul-Henry Spaak. Les documents montrent par exemple qu’en 1958 l’ACUE a assuré 53,5 % du financement de l’organisation. De plus, L’European Youth Campaign, une branche du Mouvement européen, était entièrement financée et contrôlée par Washington. Son directeur belge, le Baron Boel, recevait des versements mensuels sur un compte spécial.
L’ACUE, dont les fonds proviennent de Ford et Rockefeller, deux personnalités clés des cercles mondialistes, ainsi que de milieux d’affaires ayant des liens étroits avec le gouvernement américain, avait un pouvoir de pression sur les instigateurs de la construction européenne comme l’atteste une note de la Direction Europe de l’OSS. Celle-ci datée de 1965, conseille au vice-président de la Communauté Economique Européenne, Robert Marjolin,  d’empêcher tout débat jusqu’au moment où « l’adoption de telles propositions serait devenue pratiquement inévitable ».
Enfin le rôle de Jean Monnet dans la création de cette Europe n’est pas anodin. L’homme que le Général De Gaulle qualifiait de « petit financier à la solde des Américains » était de l’avis de beaucoup à la solde des hautes sphères Outre-Atlantique.

Des intérêts américains certains dans cette construction

La construction européenne était un enjeu du plus haut intérêt pour les Etats-Unis dans le combat contre le communisme et l’URSS. Les communautés nationales d’Europe occidentale faisaient barrage au même titre que les USA contre le bloc communiste, et une structure commune était susceptible d’empêcher les pays signataires de passer dans le camp des démocraties populaires. Dans la droite ligne du Plan Marshall, les pays d’Europe de l’ouest se sont donc tournés vers les USA et se sont donc alignés sur eux dans un contexte de Guerre Froide naissante.
Ensuite, moins dans la perspective d’une guerre idéologique contre les « forces du mal communistes », les Etats-Unis voyaient d’un bon œil la convergence des économies et l’ouverture des frontières européennes. Pour une économie comme celle des USA, le marché commun et l’Union monétaire des pays européen étaient une aubaine. Les pays européens considérés comme une grande zone économique ne pouvait que céder à la « soft law » américaine et voir les rayons de nos magasins se remplir des artefacts et technologies d’Outre-Atlantique. Une sorte de soumission par l’économie en somme.
Contredisant les découvertes de Joshua Paul et certaines informations déclassifiées révélant la forte implication financière de la CIA dans le Mouvement Européen, certains comme Jean-Marie Palayret du «Mouvement Européen International», prétendent que l’ACUE n’intervenait d’aucune manière dans les programmes d’action des fédéralistes. Les fonds, non soumis à un contrôle strict, laissaient le champ libre au mouvement traité comme un « agent indépendant ». Pour Palayret, les USA dans la lignée du plan Marshall finançait généreusement un mouvement fédéraliste ne visant que la paix. Difficile à croire !
La Construction européenne est un sujet polémique de la vie politique contemporaine. Elle est source de fantasmes et d’interrogations. L’origine historique de cet « Objet Politique Non Identifié » ne déroge pas à la règle. La personnalité de Schuman, très complexe, homme des frontières mais aussi administrateur à Vichy est loin d’inspirer confiance. Chacun se fera donc son opinion : Schuman, homme providentiel capable de bouleverser la vie politique européenne à jamais ou simple pantin dirigé Outre-Atlantique par des Etats-Unis plus soucieux de leurs intérêts hégémoniques que de la paix et l’harmonie entre les peuples sur le Vieux Continent ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×