j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Pas de courant,plainte donc contre EDF,depuis 14mois:chantage, fraudes,détournements de fonds,association de malfaiteurs en bande organisée,qui signale sur 7fausses factures bimestrielles,toujours augmentées, et 8sms:coupures immédiates.Ce sont donc des pros de l'arnaque!

 

Images 36     

 img_20170303_191231Photo published for Michel N'youngou Christophe

Visit the post for more: MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE, Achetez 1 livre pour offrir!

Livres et Intelligence mi/n/ch

MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE    http://michelnchristophe.com

Légifrance

    Jurisprudence

 

   Loto Keno etc..
   Météo

Elle est pas belle la vie des élus (271.47 Ko)


Accueil
 
 

christo-renn (@ChristoRenn) | Twitter

https://twitter.com/ChristoRenn

 

   Humour

  
   Légifrance,Textes et lois
  
    Loto
    Keno

 
 
 
Images 36
 

Israël a trompé tout le Monde

http://christo-renn.com   Israël a trompé tout le Monde

 

Comment Nétanyahou a laissé passer l’occasion rare d’un plan de paix en 2016

Le quotidien « Haaretz » révèle que le secrétaire d’Etat John Kerry avait organisé une rencontre secrète avec le roi Abdallah de Jordanie et le président égyptien Sissi.

LE MONDE | |Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant)

 

image: http://s2.lemde.fr/image/2017/02/19/534x0/5082039_6_1f9c_le-secretaire-d-etat-americain-john-kerry_464b2131f159d76acb0de79d2bf0c6c2.jpg

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, en 2015 à Berlin.

N’importe où, n’importe quand. Depuis des mois, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, se dit prêt à rencontrer le leader palestinien Mahmoud Abbas sans délai, pour renouer les discussions sur une issue au conflit. Pourtant, les révélations publiées dimanche 19 février par le quotidien israélien (centre-gauche) Haaretzsur la base de confidences anonymes d’anciens membres de l’administration Obama, montrent au contraire comment M. Nétanyahou a laissé passer une chance historique, début 2016, lors de négociations secrètes dans la ville d’Akaba, dans le sud de la Jordanie.

Ces négociations, organisées par le secrétaire d’Etat américain John Kerry, ont eu lieu avec le roi Abdallah et le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi. M. Kerry a mis sur la table un plan en six points vers une solution négociée, dans un cadre régional, qui entraînerait une reconnaissance d’Israël comme Etat juif par les pays arabes, une exigence de longue date de M. Nétanyahou. Mais le premier ministre israélien a louvoyé, estimant que ce plan serait inacceptable pour sa coalition. Interrogé dimanche par Le Monde, le ministère des affaires étrangères israélien s’est refusé à tout commentaire. Une source proche de ces négociations validait de son côté les informations du Haaretz. Lors d’une rencontre dans la matinée avec les ministres issus de son parti, le Likoud, le chef du gouvernement a confirmé la tenue de ce sommet secret d’Akaba, dont il prétend même avoir été l’initiateur.

Une course à l’électorat des colons

Le Haaretz revient longuement sur la période qui l’avait précédé. John Kerry s’était éloigné du dossier israélo-palestinien après l’échec du dernier cycle de négociations, en avril 2014. Tandis qu’au cours de l’été suivant, une nouvelle guerre – l’opération « Bordure protectrice » – ravageait la bande de Gaza, l’administration Obama se concentrait sur un accord dans le format 5 + 1 avec l’Iran, au sujet de son programme nucléaire. Une fois cet accord signé en juillet 2015, puis ratifié, le secrétaire d’Etat s’est à nouveau penché sur cette paix introuvable entre Israéliens et Palestiniens. Mais le contexte était devenu plus contraignant. Depuis mars 2015, le gouvernement le plus à droite de l’histoire a émergé sous la direction de M. Nétanyahou, engagé dans une course pour l’électorat des colons avec le parti Le Foyer juif, de Naftali Bennett.

Début 2016, John Kerry a formulé avec ses conseillers, rapporte le Haaretz, un plan en six points, au contenu classique. Il prévoyait l’émergence d’un Etat palestinien viable sur la base des frontières de 1967, avec échanges de territoires ; une reconnaissance mutuelle, comme Etat arabe et Etat juif ; un compromis sur la question des réfugiés ; Jérusalem, capitale des deux Etats ; des assurances sécuritaires pour Israël et un Etat palestinien démilitarisé. Le 31 janvier 2016, John Kerry a présenté ce plan à M. Nétanyahou, à Davos, en Suisse. Avec une perspective attrayante : celle d’un sommet tripartite historique avec le roi Abdallah et le président Sissi. Ce sommet fut fixé le 21 février dans la ville d’Akaba.

« Une rare occasion diplomatique »

Les responsables de l’administration Obama, interrogés par le Haaretz, expliquent que lors de cette rencontre secrète, M. Nétanyahou a exprimé des réserves, s’est montré hésitant, a formulé d’autres idées. Quelques semaines plus tard, le premier ministre commençait des discussions avec Isaac Herzog, le chef du Parti travailliste, afin de constituer un large gouvernement de coalition, qui lui donnerait une base assez solide pour prendre un risque diplomatique. Le leader de l’opposition aurait été mis au courant de toutes les négociations en cours. Mais quelles étaient la sincérité et la détermination du premier ministre ?

Le 15 mai, lors d’une rencontre avec les membres de son parti, enregistrée à son insu, Isaac Herzog a justifié ces discussions avec M. Nétanayhou, en évoquant une « rare occasion diplomatique qui ne se représentera peut-être plus »« Je ne le dis pas pour rien, je le dis en connaissance de cause, déclara-t-il, selon un enregistrement publié à l’époque par la chaîne Channel 10. C’est plus compliqué que jamais, ça comporte beaucoup d’aspects, je ne sais pas si ça se produira. »

Et cela ne s’est pas produit. Les négociations entre M. Nétanyahou et les travaillistes ont pris fin, tandis que le premier ministre renforçait l’ancrage à droite de sa coalition : fin mai, il nommait Avigdor Lieberman ministre de la défense, en échange du soutien de sa poignée de députés d’extrême droite. Le 15 février, reçu à la Maison Blanche par Donald Trump, Benyamin Nétanyahou évoquait la possibilité d’un plan de paix régional. Comme si de rien n’était.

En Israël, un « ultra » à la tête de la défense


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/02/19/comment-netanyahou-a-laisse-passer-l-occasion-rare-d-un-plan-de-paix-en-2016_5082040_3218.html#Lq4ALAvQ4cmkDdZB.99

 

 

 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/02/19/comment-netanyahou-a-laisse-passer-l-occasion-rare-d-un-plan-de-paix-en-2016_5082040_3218.html#Lq4ALAvQ4cmkDdZB.99 

 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/02/19/comment-netanyahou-a-laisse-passer-l-occasion-rare-d-un-plan-de-paix-en-2016_5082040_3218.html#Lq4ALAvQ4cmkDdZB.99

 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/02/19/comment-netanyahou-a-laisse-passer-l-occasion-rare-d-un-plan-de-paix-en-2016_5082040_3218.html#Lq4ALAvQ4cmkDdZB.99

 

Vos réactions (6)Réagir La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr

 

image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.699/img/placeholder/avatar.svg

jcb 19/02/2017 - 16h48

"Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux", mais en est il certain? là on comprend mieux ses penchants pour le Pdt TRUMP!

répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr 

 

image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.699/img/placeholder/avatar.svg

DIONYSOS57 19/02/2017 - 16h40

La basse cuisine électorale, sur fond de misérable appétence du pouvoir, révèle clairement ici, en cette triste circonstance, le vrai visage de la politique israélienne sous les traits épais de ce monsieur ! Comment peut-on encore soutenir les plus bas étages d'une telle politique, hypocrite et fautrice de troubles majeurs ? Sinon en restant crispé sur des a priori idéologiques et religieux ? Et ce n'est pas le fantasque et ubuesque Monsieur Trump qui en sera le contempteur...

répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr 

 

image: http://s1.lemde.fr/image/2014/09/30/37x37/1100513508_4_639b_14120725249135-le-mat_b1b16821d0d9dfde311eb6c1b4191562.jpg

THIERRY REBOUD 19/02/2017 - 16h26

Israël rêve d'un état binational de fait dans lequel les Palestiniens bénéficieraient (éventuellement) de tous les droits, sauf les droits politiques (ce qui serait une forme d'apartheid institutionnalisé). Donc aucune raison de s'étonner qu'Israël ait saboté toutes les occasions de paix (de toute façon difficile), y compris l'application loyale des accords d'Oslo. Le problème, c'est qu'Israël risque de tomber de haut.

répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr 

 

image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.699/img/placeholder/avatar.svg

Ernest 19/02/2017 - 16h19

Il manque un élément aux informations divulguées. Comment les parties présentes à cette rencontre secrète avaient-elles prévu de mettre le Hamas hors d'état de nuire ?

répondre Signaler ce contenu comme inapproprié La réaction aux articles est réservée aux abonnés du Monde.fr 

 

image: http://s1.lemde.fr/medias/web/1.2.699/img/placeholder/avatar.svg

hop 19/02/2017 - 16h11

Plus important que la paix : les élections !


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/02/19/comment-netanyahou-a-laisse-passer-l-occasion-rare-d-un-plan-de-paix-en-2016_5082040_3218.html#Lq4ALAvQ4cmkDdZB.99

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire