j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Israël a la bombe atomique

Fabius est contre l'Iran et pour Israël

https://christo-renn.com  Israël,USA,sources du trafic du nucléaire

 

 

image: http://www.alterinfo.net/docs/index.jpg

   

Lundi 29 Mai 2017

 

 

 

A la source du trafic de combustible nucléaire: Israël et les Etats Unis

 

Dans la même rubrique:

< >

Mercredi 24 Mai 2017 - 05:33Impérialisme et falsification: Israël, USA et le bidouillage de l’info par la doctrine culte du renseignement de signaux (VT)

Mardi 23 Mai 2017 - 05:25Une vingtaine de morts après une explosion dans une salle de spectacle de Manchester, false flag ? (vidéos)

 

Des attentats nucléaires du 11 septembre 2001 aux programmes nucléaires nord-coréen et sud-africain. 

Cette info, transmise depuis la Russie et cite un rapport du ministère de l’énergie yankee de 2003, fait tomber bien des masques… 

~ Résistance 71 ~

 

Résistance 71

Lundi 29 Mai 2017

 

AUTRES ARTICLES

image: http://www.alterinfo.net/photo/art/grande/14070172-20160751.jpg?v=1496065032

image: http://www.alterinfo.net/photo/art/default/14070172-20160751.jpg?v=1496065032

A la source du trafic de combustible nucléaire: Israël et les Etats Unis

La taille du fichier du ministère de l’énergie des Etats-Unis (DoE, le centre nucléaire du pays) se rapportant au 11 septembre (2001) est au-delà des 72Mo. Carnaby avait un bon paquet de documents sur le sujet. (tout cela sous le label de transit). Toute l’histoire de non-prolifération nucléaire et du vol de matériau fissile nucléaire en provenance de Russie, était une histoire de couverture israélienne pour cacher la source originale des matériaux d’armements nucléaires qui venaient en fait des dépôts américains. La distribution illégale de matériau nucléaire militaire (matière fissile) américain à des alliés étrangers n’était pas seulement limitée à Israël. Virtuellement tous les alliés de l’OTAN étaient participants également à cette supercherie. 

Dick Cheney (NdT: George W. Bush vice-président) était le salopard de cette affaire (NDT: comme tant d’autres…). Bush fils et Cheney ont fait commerce de ces noyaux nucléaires avec des pays étrangers sous la forme de contrats “IOU” (NdT: “I Owe You”, c’est à dire sous forme de dette secrète), afin d’obtenir ce qu’ils voulaient. Tom Countryman, un agent israélien connu, est curieusement en charge maintenant du NNP (non-prolifération nucléaire) au ministère des affaires étrangères sous Obama. Il y fut placé par Ram Emanuel (NdT: lui aussi agent israélien, ex-conseiller à la sécurité et maire de la ville de Chicago) 

Il apparaît que l’arme de prédilection pour les Israéliens fut le W-54 et s’en suivit la cession de plusieurs noyaux nucléaires pris depuis la facilité de stockage et de décommission d’Amarillo au Texas. C’est ce sur quoi travaillait Carneby pour Bush père à Houston. Un total de plus de 350 noyaux nucléaires furent transferrés en Israël sur une période de 10-20 ans. Le type de noyau du W-54 fut préféré à cause de son concept de fabrication plus désirable à deux points d’implosion. C’est le modèle le plus facile à remanufacturer / transformer et à modifier comparé aux autres modèles circulaires de noyau. 

Le modèle de ce type d’arme W-54 en forme de pilule contient environ 1 fois et demie plus de plutonium qu’un modèle de noyau standard. Ceci permet suffisamment de plutonium pour être récupéré qu’il n’y en avait dans de plus vieux modèles de plus de 32 ans d’âge. De l’Americium se forme avec le temps dans les noyaux et éventuellement les rend inutilisables en tant qu’armes nucléaires, ils ont donc une durée de vie limitée basée sur la rapidité avec laquelle fut produit le plutonium dans le réacteur nucléaire à Hanford. Habituellement, cela se faisait en maximum 150 jours. Le temps d’irradiation dans le réacteur pendant la production détermine la durée de vie du noyau pour l’armement nucléaire. 

Toutes les micro-armes nucléaires utilisées par les Israéliens sont reconstruites depuis ces engins de série de type W-54. Ce type d’engin fut utilisé dans les attentats à la bombe de Bali en Indonésie, dans l’attentat de Londres (7/7) et au Japon sur leurs réacteurs. Utilisé également à Damas, en Irak, en Afghanistan par les Etats-Unis. 

(A partir de mai 2013, confirmé comme attaque nucléaire par le ministère DoE) 

Ces engins nucléaires sont stockés dans la plupart des ambassades d’Israël pour faciliter leur déploiement sur le terrain. Celles utilisées durant les attentats du 11 septembre furent stockées au consulat israélien de la ville de New York jusqu’à leur mise en place. Après le 11 septembre, le FBI cherche maintenant toutes les sacoches diplomatiques avec un compteur Geiger avant leur sortie ou entrée aux Etats-Unis. Les armes nucléaires sud-africaines furent aussi le résultat des surplus de W-54 d’obus d’artillerie acquis à Israël. Leur assemblage final et test de fonctionnement étant effectués en Afrique du Sud avec l’assistance d’Israël. 

Ceci fut mis en place parce qu’Israël avait besoin d’un endroit pour tester ses armes afin d’être sûr que leurs armes nucléaires reconstruites fonctionneraient selon leur mode et objectif de fabrication. Les armes nucléaires issues du programme nord-coréen sont aussi en provenance d’obus d’artillerie de 155mm fournis par Israël. Le véritable programme nucléaire nord-coréen est basé sur des obus d’artillerie et non pas sur des missiles. Le plan est de créer un barrage de feu massif par artillerie sur la Corée du Sud si la guerre venait à éclater, ceci incluant des tirs d’artillerie nucléaires pour contrer les chars et l’artillerie américains. Les Saoudiens ont aussi acquis un stock de W-54 des Etats-Unis sous Bush fils. Les Israéliens ont aussi fourni ces armes à l’Inde, au Brésil, la Chine, à Taïwan, au Japon et aux deux Corée du Nord et du Sud. 

La centrale nucléaire israélienne de Demona est une centrale thermique standard de 75 MW avec un réacteur ouvert comme utilisé en France, pour leur programme de production de plutonium, leur version de la centrale de Hanford aux Etats-Unis. A cause d’une utilisation excessive en tant que réacteur d’enrichissement rapide par les Israéliens, la centrale de Demona a subi une “explosion de vapeur”, c’est à dire un incident de flash dû à une masse critique de neutrons, à la fin des années 1980, sous Bush père. 

Ceci eut pour effet de fermer la production pendant plusieurs années jusqu’à ce que les réparations puissent être effectuées. La centrale ne fonctionne aujourd’hui qu’a basse ou moyenne puissance à cause des dégâts dûs à l’absorption des neutrons dans le vaisseau d’isolation principal. Elle est maintenant essentiellement utilisée pour la production d’isotopes. Ceci a forcé les Israéliens à se tourner vers des stocks d’engins nucléaires volés des Etats-Unis afin de pouvoir continuer leur programme nucléaire. 

Les Israéliens qui savaient que le matériel nucléaire militaire qu’ils avaient acquis n’avait qu’une durée de vie limitée en tant qu’armement, ont essayé de refourguer leurs surplus sur un marché clandestin le plus vite possible avant qu’elles ne leur fussent plus d’aucune utilité. Alors ils ont largué tout çà dans des nations ignorantes qui ne pouvaient que les stocker et étaient incapables de les tester. C’est de cela qu’il s’agit avec les tests nord-coréens. Lorsque tout le monde s’est rendu compte de la supercherie, comme le Japon et la Corée (voir par exemple le coulage des sous-marins coréens etc…), ces nations furent énervées, parce qu’elles avaient payé cher pour de la daube. (NdT: cf l’histoire du “pantalon à une jambe” de Jacques Attali, c’est exactement çà…) 

Ceci déclencha une mini-guerre froide avec Israël et ses clients énervés. Quoi qu’il en soit, avec des micro-armes nucléaires, même alors que la durée du plutonium s’accroit, cela produira toujours une détonation en-deçà d’une puissance de 2Kt. Elles peuvent donc toujours être utilisées comme des bombes sales ou comme de petites armes nucléaires tactiques comme vu avec la frappe d’artillerie sur Damas au moyan de W-54 sous forme de roquettes… 

Le modèle de noyau du W-54 est en forme de pilule et ne fait que 10cm de diamètre et ne pèse qu’environ 11kg. La très vaste majorité du combustible nucléaire est consommé dans la boule de feu de plasma lors de l’explosion, il y a donc très, très peu de retombées de plutonium. Si mélangées avec d’autres matériaux, les retombées peuvent même être réduites au plus bas niveau, comme avec une arme de radiation poussée appelée bombe à neutrons. C’est ce qui fut utilisé lors des attentats du 11 septembre 2001. 

Le but principal de l’arme nucléaire utilisée le 11 septembre dans chaque tour fut de produire un énorme flux de neutrons et de rayons Gamma qui vaporiseraient environ 100m de poutres d’acier I de 15cm d’épaisseur, qui constituaient le cœur central des édifices du WTC. Ceci créa un évènement de chute libre des bâtiments comme on l’a vu à la télévision ce jour là. Le flash et le plasma étaient cachés de la vue à cause de la détonation sous-terraine. La plupart de la lumière fut dans le spectre non-visible de toute façon. 

La surpression était réduite à 6 PSI = 0,41 bar car l’explosion et ses effets voyageant verticalement dans le cœur de la structure et les radiations neutrons vaporisants l’antenne de télé au sommet de la tour, comme vu à la télé. Les retombées ont été essentiellement du béton vaporisé et de l’oxyde de fer. C’est pour cela qu’après le 11 septembre, ils ont dit à tout le monde que les brûlures dûes aux radiations béta que les gens développaient étaient dûes à la causticité du béton et non pas aux effets radioactifs des retombées de béton pulvérisé irradié. 

L’oxyde de fer retrouvé partout sur place était ce qu’il restait des poutres d’acier I. C’est ce qui fut appelée nano-thermite et qui fut retrouvée partout. Les retombées radioactives furent limitées à une zone de 1,5km autour du centre de la ville de New York. La décomposition radioactive fut réduite à des niveaux de sécurité après 72 heures en dehors de ground zéro. C’est pourquoi cette zone fut bloquée pour le public jusqu’à 3 jours après les évènements, afin que le niveau de radiation puisse retomber à des niveaux de sécurité acceptables. 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~ 

Source: VT et un rapport du ministère de l’énergie des Etats-Unis datant de 2003 
 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/ext/unknown.gif

https://resistance71.wordpress.com/2017/05/29/holocauste-nucleaire-yankland-et-israel-a-lorigine-du-trafic-du-combustible-nucleaire-militaire/ https://resistance71.wordpress.com/2017/05/29/holocauste-nucleaire-yankland-et-israel-a-lorigine-du-trafic-du-combustible-nucleaire-militaire/
 

 


Read more at http://www.alterinfo.net/A-la-source-du-trafic-de-combustible-nucleaire-Israel-et-les-Etats-Unis_a130978.html#flBvPIkFES3BFyIy.99

 

30/05/2017

Face à Poutine, Macron trace une "ligne rouge" sur les armes chimiques en Syrie

30/05/2017

Code du travail: le calendrier "mérite d'être précisé", selon Martinez

30/05/2017

Routiers en grève: pas de négociation, ni de pénurie de carburants

30/05/2017

Le Yémen frappé par le choléra: 500 morts et près de 42.000 cas suspects

30/05/2017

Poutine: Moscou ne connaît pas le degré d’autonomie de Paris dans le dossier syrien

30/05/2017

Des Kurdes turcs du PKK auraient reçu des armes occidentales depuis la Syrie

29/05/2017

Les militaires israéliens testent un missile

29/05/2017

Tir de missile nord-coréen: la situation est dans l’«impasse»

29/05/2017

Le département d’État US ne fêtera pas le Ramadan

29/05/2017

En pèlerinage à La Mecque, Paul Pogba souhaite un bon ramadan aux musulmans

29/05/2017

Nasser Zefzafi, leader de la contestation populaire à Al-Hoceïma au Maroc, a été arrêté

29/05/2017

Des flashs rouges insolites observés sur les vitres de la Maison-Blanche (vidéo)

28/05/2017

Merkel: l'époque "où on pouvait compter les uns sur les autres est quasiment révolue"

28/05/2017

Palestiniens: pas de divorce pendant le ramadan pour éviter les ruptures impulsives

28/05/2017

Une attaque virulente de l'ayatollah iranien Khamenei contre l'Arabie saoudite

28/05/2017

Emmanuel Macron sifflé par les supporters parisiens en finale de la coupe de France

28/05/2017

Les 10 citations les plus marquantes de Zbigniew Brzezinski

28/05/2017

Maroc: affrontements entre policiers et manifestants à Al-Hoceïma

27/05/2017

Un 3e porte-avions US dans le Pacifique pour dissuader la Corée du Nord

27/05/2017

Des milliers d'Israéliens manifestent pour la solution à deux Etats


VIDEO

image: http://www.alterinfo.net/_images/1.gif

image: http://www.alterinfo.net/photo/art/imagette_16_9/12714262-19636132.jpg?v=1493284667

Asselineau explique comment fut créer le front national.

image: http://www.alterinfo.net/photo/art/large_x2_16_9/12714262-19636132.jpg?v=1493284667

Asselineau explique comment fut créer le front national.

alan Horus | 27/04/2017 | 

 

Necmettin Erbakan tayyip erdoğan gerçeğini anlatıyor (la vérité sur Erdogan pour les turcophones)

 

Necmettin Erbakan tayyip erdoğan gerçeğini anlatıyor (la vérité sur Erdogan pour les turcophones)

 

 

L’influence américaine dans les organisations internationales 

image: http://www.alterinfo.net/photo/art/imagette_16_9/13976998-20125640.jpg?v=1495846763

L’influence américaine dans les organisations internationales

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Élection d’Emmanuel Macron – Législatives – Questions internationales – L’analyse de François Asselineau 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Asselineau: avec les orientations fixées par l'UE, Macron prépare une régression sociale phénoménale 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Caroline Fourest nie l'existence d'agressions anti-musulmans en France après les attentats 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Jacques Attali - "Jerusalem, capitale du nouvel ordre mondial" 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Le programme Macron en deux minutes 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Nouveau clip de [...] : "Il est temps de choisir" 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 La stratégie Israelienne: Daech en Europe pour chasser les musulmans du Grand Israel 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Un éditorialiste de la revue de BHL compare les femmes voilées à des nazis 

 

image: http://www.alterinfo.net/_images/preset/puces/arrow54.gif?v=1165336306

 Création de SOS Racisme: comment l'UEJF et les amis de BHL ont pris le contrôle et écarté les "beurs" 


Commentaires


Read more at http://www.alterinfo.net/A-la-source-du-trafic-de-combustible-nucleaire-Israel-et-les-Etats-Unis_a130978.html#flBvPIkFES3BFyIy.99

SILVIA CATTORI
Mordechaï Vanunu : "Avant de s’en prendre à l’Iran il faut s’en prendre à Israël"

Après avoir passé 18 ans en prison, pour avoir révélé en 1986 qu’Israël possédait secrètement deux cent bombes atomiques, Mordechaï Vanunu est toujours soumis à des restrictions depuis sa libération en 2004. Ce qu’il nous disait dans ce remarquable entretien en octobre 2005 au sujet de l’Iran, un pays qu’Israël menace depuis plus de 20 ans, demeure d’actualité.

 2014 | - : MOYEN ORIENT ISRAËL SERVICES SECRETSIRAN SANCTIONS

JPEG - 39.9 ko
Mordechaï Vanunu, avec en arrière-plan l’image satellite du centre de production de plutonium militaire de Dimona, en Israël

Israël est le seul pays qui refuse de signer le Traité de non-prolifération nucléaire

Silvia Cattori : Quel était votre travail en Israël, avant votre enlèvement par des agents du Mossad à Rome, en octobre 1986 ?

Mordechaï Vanunu : Depuis neuf ans, je travaillais au centre de recherches en armements de Dimona [1], dans la région de Beer Sheva. [2]. Juste avant de quitter ce travail, en 1986, j’avais pris des photos à l’intérieur de l’usine, afin de montrer au monde qu’Israël cachait un secret nucléaire. Mon travail, à Dimona, consistait à produire des éléments radioactifs utilisables pour la fabrication de bombes atomiques. Je savais exactement quelles quantités de matières fissiles étaient produites, quels matériaux étaient utilisés et quelles sortes de bombes étaient fabriquées.

Silvia Cattori : Révéler au monde – seul – que votre pays était secrètement détenteur de l’arme nucléaire…, n’était-ce pas là prendre un très grand risque ?

Mordechaï Vanunu : Si j’ai décidé de le faire, c’est parce que les autorités israéliennes mentaient. Elles se répandaient, répétant que les responsables politiques israéliens n’avaient nullement l’intention de se doter d’armes nucléaires. Mais, en réalité, ils produisaient beaucoup de substances radioactives ne pouvant servir qu’à cette seule fin : confectionner des bombes nucléaires. Des quantités importantes : j’ai calculé qu’ils avaient déjà, à l’époque – en 1986 ! – plus de deux cents bombes atomiques. Ils avaient aussi commencé à fabriquer des bombes à hydrogène, très puissantes. Aussi ai-je décidé de faire savoir au monde entier ce qu’ils tramaient dans le plus grand secret. Et puis, aussi, je voulais empêcher les Israéliens d’utiliser des bombes atomiques, afin d’éviter une guerre nucléaire au Moyen-Orient. Je voulais contribuer à apporter la paix dans cette région. Israël, détenant déjà des armes surpuissantes, pouvait faire la paix : il n’avait plus à redouter une quelconque menace palestinienne, ni même arabe, car il possédait tout l’armement nécessaire à sa survie.

Silvia Cattori : Vous étiez préoccupé par la sécurité de toute la région ?

Mordechaï Vanunu : Oui. Absolument. Bien entendu, ce n’est pas pour le peuple israélien que j’ai fait ce que j’ai fait. Les Israéliens avaient élu ce gouvernement, et ce gouvernement avait décidé de les doter d’armes nucléaires. Vous savez, tous les Israéliens suivent de très près la politique du gouvernement israélien… Mais, en ce qui me concerne, je réfléchissais à partir du point de vue de l’humanité, du point de vue d’un être humain, de tous les êtres humains vivant au Moyen-Orient, et aussi de tous les êtres humains, dans le monde entier. Parce que ce qu’Israël avait fait, beaucoup d’autres pays pourraient le faire.

JPEG - 10.2 ko
Une du quotidien britannique « The Sunday Times » du 5 octobre 1986 : « Révélation : les secrets de l’arsenal nucléaire israélien »

Aussi ai-je décidé, dans l’intérêt de l’humanité, de faire connaître au monde entier le danger que représentaient les armes nucléaires secrètes d’Israël. En 1986, on était en pleine Guerre froide et les armes nucléaires proliféraient. Elles étaient en train de se répandre dans plusieurs pays encore non-nucléaires, comme l’Afrique du Sud, et d’autres. Le danger représenté par les armes nucléaires était réel. De nos jours, ce danger a diminué.

Silvia Cattori : Saviez-vous à quoi vous vous exposiez ? Pourquoi était-ce vous, en particulier, qui deviez prendre un si grand risque, et personne d’autre ?

Mordechaï Vanunu : Bien entendu, je savais ce que je risquais. Mais ce que je pouvais faire, personne d’autre que moi n’aurait pu le faire. Je savais que j’aurais eu affaire au gouvernement israélien. Ce n’est pas comme si j’avais été quelqu’un qui s’en serait pris à des intérêts privés ; je savais que je m’en prenais directement au gouvernement israélien et à l’État juif israélien. Je savais donc qu’ils pouvaient me châtier, qu’ils pouvaient me tuer, qu’ils pouvaient faire de moi absolument tout ce qu’ils voulaient. Mais j’avais la responsabilité de dire la vérité au monde. Personne d’autre que moi n’était en mesure de le faire : il était donc de mon devoir de le faire. Quels qu’aient été les risques.

Silvia Cattori : Votre famille vous a-t-elle, alors, soutenu ?

Mordechaï Vanunu : Les membres de ma famille ont été incapables de comprendre ma décision. Pour eux, le plus dérangeant fut de découvrir que je m’étais converti au christianisme. Pour eux : c’était plus dommageable, plus douloureux que le fait que j’ai révélé les secrets nucléaires d’Israël… Je les respecte, ils respectent ma vie. Nous sommes restés en bons termes, mais nous ne nous fréquentons plus.

Silvia Cattori : Vous sentez-vous seul ?

Mordechaï Vanunu : Oui. Bien sûr, je suis seul, ici, à la cathédrale Saint-Georges. Mais j’ai beaucoup d’amis, qui me soutiennent.

Silvia Cattori : Dans quelles conditions avez-vous été jugé et emprisonné ?

Mordechaï Vanunu : Mon procès a été tenu dans le secret le plus absolu. J’étais seul, avec mon avocat. J’ai été condamné pour espionnage et trahison. Les autorités israéliennes se sont vengées sur moi en me maintenant en isolement cellulaire durant toute la durée du procès. Elles n’autorisaient personne à me voir ni à me parler, et m’interdisaient de m’adresser aux médias. Elles ont publié beaucoup de désinformation à mon sujet. Le gouvernement israélien a utilisé tout son pouvoir médiatique pour faire un lavage de cerveau de l’opinion publique. Pour laver le cerveau des juges, aussi, au point de les convaincre de la nécessité de me mettre en prison. Ainsi, mon procès a été tenu secret et les médias n’ont pas pu accéder à la vérité ; ils n’ont pas pu m’entendre.

Les gens étaient convaincus que j’étais un traître, un espion, un criminel. Il n’y eut pas un atome de justice, dans ce jugement. Mais il n’y avait pas que le procès : le plus cruel fut de m’isoler, en prison. Ils m’ont puni non seulement par l’emprisonnement, mais aussi en m’isolant totalement, en m’épiant en permanence, au moyen de mauvais traitements particulièrement vicieux et cruels : ils ont essayé de me faire mettre en colère, ils ont essayé de me faire regretter ce que j’avais fait. J’ai été maintenu au secret, dix-huit années durant, dont onze années et demie en isolement total. La première année, ils ont mis des caméras dans ma cellule. Ils ont laissé la lumière allumée trois années d’affilée ! Leurs espions me battaient sans cesse, ils m’empêchaient de dormir. J’ai été soumis à un traitement barbare ; ils ont tenté de me briser. Mon objectif était de tenir, de survivre. Et j’ai réussi !…

Silvia Cattori : Par chance, on ne vous a pas pendu haut et court, comme le voulait pourtant le ministre de la Justice d’alors, Tommy Lapid. Vous avez tenu bon, et vous avez été relâché le 21 avril 2004. Vous aviez tout juste 50 ans !

Mordechaï Vanunu : S’ils m’ont relâché, c’est parce que j’avais purgé les dix-huit ans de prison auxquels ils m’avaient condamné. Ils voulaient me tuer. Mais, en fin de compte, le gouvernement israélien a décidé de n’en rien faire.

Silvia Cattori : En avril 2004, les télévisions ont montré votre sortie de prison. Le monde a alors découvert ce qui vous était arrivé. Vous êtes apparu heureux, déterminé, combatif : tout le contraire d’un homme brisé…

Mordechaï Vanunu : Sortir de prison, aller parler au monde entier, fêter ça… après dix-huit ans de captivité, d’interdiction de tout :… ce fut un grand moment…

Silvia Cattori : Vos geôliers n’ont donc pas réussi à vous briser mentalement ?

Mordechaï Vanunu : Non ; absolument pas. Mon objectif était de sortir, et de parler au monde entier, de faire comprendre aux autorités israéliennes qu’elles avaient échoué. Mon but était de survivre, et cela a été ma plus grande victoire sur toutes ces organisations d’espionnage. Ils ont réussi à me kidnapper, à me traîner devant leur tribunal, à me maintenir en prison, au secret, pendant dix-huit ans… et j’ai survécu à tout ça. J’ai souffert, certes ; mais j’ai survécu. Malgré tous leurs crimes, je suis toujours vivant, et je suis même en excellente santé ! Je suis de forte constitution ; c’est sans doute grâce à çà, que j’ai surmonté l’épreuve.

Silvia Cattori : Qu’est-ce qui vous a aidé à tenir ?

Mordechaï Vanunu : Ma fermeté. Le fait de continuer à être convaincu que j’avais eu raison de faire ce que j’avais fait. La volonté de leur faire comprendre que, quoi qu’ils fassent pour me châtier, je continuerais à rester en vie.

Silvia Cattori : Quel est le plus grand obstacle auquel vous ayez à faire face, actuellement ?

Mordechaï Vanunu : On m’interdit de quitter Israël. J’ai été libéré de prison, mais ici, en Israël, je suis dans une grande prison. Je voudrais quitter ce pays, aller jouir de la liberté dans le vaste monde. J’en ai marre du pouvoir israélien. L’armée peut venir m’arrêter à tout instant, me punir. Je sens que je suis à leur merci. J’aimerais tellement vivre loin, très loin d’ici…

Silvia Cattori : Quand Israël vous laissera-t-il quitter le pays ?

Mordechaï Vanunu : Je n’en sais rien. Ils m’ont interdit de quitter Israël pendant une année. Un an ayant passé, ils ont renouvelé l’interdiction pour une nouvelle année, qui prendra fin en avril prochain. Mais ils peuvent encore prolonger l’interdiction, aussi longtemps qu’il leur plaira…

Silvia Cattori : Quel regard portez-vous sur le Traité de non-prolifération nucléaire quand, dans le cas d’Israël, on tolère « l’ambiguïté nucléaire », alors qu’on met constamment sous pression l’Iran – un pays qui, lui, se soumet aux inspections ?

Mordechaï Vanunu : Tous les pays devraient être ouverts aux inspections internationales et dire la vérité sur ce qu’ils sont en train de faire, secrètement, dans toutes les installations nucléaires dont ils disposent. Israël n’a pas signé le Traité de non-prolifération nucléaire. Ce sont près de cent quatre-vingt pays qui l’ont fait, dont tous les pays arabes. L’Égypte, la Syrie, le Liban, l’Irak, la Jordanie… : tous les pays voisins d’Israël ont ouvert leurs frontières aux inspections de l’AIEA. Israël est le pire exemple. C’est le seul pays qui ait refusé de signer le Traité de non-prolifération nucléaire. Les États-Unis et l’Europe devraient commencer par régler le cas d’Israël ; Israël doit être considéré à l’instar de n’importe quel autre pays. Nous devons en finir avec l’hypocrisie, et obliger Israël à signer le Traité de non-prolifération nucléaire. Il faut imposer à Israël le libre accès des inspecteurs de l’AIEA au centre de Dimona.

Silvia Cattori : L’Iran, qui remplit ses obligations et accepte les inspections de l’ONU, est pourtant menacé de sanctions. Israël, qui est doté de l’arme nucléaire et refuse toute inspection de l’AIEA, ne fait l’objet d’aucune poursuite. Pourquoi ce « deux poids, deux mesures » de la part des États-Unis, mais aussi de l’Europe ?

Mordechaï Vanunu : Oui ; c’est même encore pire que ce que vous dites : non seulement on ne s’en prend pas à Israël, mais on aide même ce pays en secret. Il y a une coopération secrète entre Israël et la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis. Ces pays ont décidé de contribuer à la puissance nucléaire d’Israël afin de faire de ce pays un État colonial, dans le monde arabe. Ils aident Israël, parce qu’ils veulent que ce pays soit à leur service, en tant que pays colonialiste contrôlant le Moyen-Orient, ce qui leur permet de s’emparer des revenus pétroliers et de maintenir les Arabes dans le sous-développement et les conflits fratricides. Telle est la principale raison de cette coopération.

Silvia Cattori : L’Iran n’est-il pas, comme l’affirment Israël et les États-Unis, une menace ?

Mordechaï Vanunu : Étant sous le contrôle des inspecteurs de l’AIEA, l’Iran ne représente aucun danger. Les experts occidentaux savent parfaitement quelle est la nature du programme nucléaire iranien. Contrairement à Israël, qui ne laisse personne accéder à ses installations nucléaires. C’est la raison pour laquelle l’Iran a décidé d’aller de l’avant et de dire au monde entier : « Vous ne pouvez pas exiger de nous plus de transparence, alors que vous continuez à fermer les yeux sur ce qui se passe en Israël ! » Tous les Arabes voient, depuis quarante ans, qu’Israël a des bombes atomiques et que personne ne fait rien contre ça. Tant que le monde continuera à ignorer les armes atomiques d’Israël, il ne pourra pas se permettre de dire quoi que ce soit à l’Iran. Si le monde est vraiment préoccupé, et s’il veut sincèrement mettre un terme à la prolifération nucléaire, qu’il commence donc par le commencement, c’est-à-dire : Israël !…

Silvia Cattori : Vous devez être agacé, quand vous entendez Israël, qui n’est pas en règle, dire qu’il est prêt à bombarder l’Iran, qui, à ce stade, n’a enfreint absolument aucune règle !

Mordechaï Vanunu : Oui ; cela me met hors de moi. Nous n’avons rien à reprocher à l’Iran : avant de faire quoi que ce soit contre un quelconque autre pays, il faut s’occuper du cas israélien. Si quelqu’un veut s’en prendre à l’Iran, il doit, préalablement, s’en prendre à Israël. Le monde ne peut ignorer ce qu’Israël fait, en la matière, depuis plus de quarante ans… Les États-Unis devraient obliger Israël à signer le Traité de non-prolifération nucléaire. Et il est grand temps, aussi, pour l’Europe, de reconnaître officiellement qu’Israël possède des bombes atomiques. L’ensemble du monde arabe devrait être extrêmement inquiet en entendant tous ces discours qui incriminent l’Iran, qui ne possède aucune arme atomique, et qui continuent à ignorer Israël.

JPEG - 19.9 ko
Lors d’un transfert, suite à son son emprisonnement en 1986, Mordechaï Vanunu transmet les détails de son enlèvement par le Mossad, à Rome, aux journalistes à travers la vitre du fourgon de la police israélienne

Silvia Cattori : Quels sont les États qui ont coopéré avec Israël ?

Mordechaï Vanunu : Israël a aidé la France et la Grande-Bretagne dans leur campagne contre l’Égypte, en 1956. Après l’opération de Suez, la France et la Grande-Bretagne ont commencé à coopérer au programme nucléaire israélien, afin de remercier Israël pour le soutien qu’il leur a apporté, durant cette guerre.

Silvia Cattori : L’Afrique du Sud n’a-t-elle pas aidé Israël, jusqu’en 1991 ?

Mordechaï Vanunu : C’est effectivement en Afrique du Sud, dans le désert, qu’Israël a procédé à ses essais nucléaires…

Silvia Cattori : Dans les années soixante, le président Kennedy aurait, semble-t-il, demandé qu’il y ait des inspections à Dimona, en Israël. Voyez-vous un lien entre cette demande et son assassinat ?

Mordechaï Vanunu : Je pense qu’à l’époque de Kennedy, les États-Unis étaient opposés au programme nucléaire israélien. Kennedy a tenté d’arrêter Israël, en la matière, mais son assassinat ne lui en a pas laissé le temps… Pour moi, le mobile de l’assassinat de Kennedy est lié à la diffusion d’armes nucléaires en Israël et dans d’autres pays. Ceux qui l’ont assassiné étaient des gens qui étaient favorables à la dissémination nucléaire. Grâce à l’élimination du gêneur Kennedy, la prolifération a pu continuer. De fait, les présidents Johnson et Nixon [qui ont succédé à Kennedy, ndt] n’y voyaient aucun inconvénient : ils ont laissé faire Israël. Constatons simplement que c’est bien un changement allant en ce sens qui s’est manifesté, après l’assassinat de Kennedy…

Silvia Cattori : Votre dénonciation n’a pas empêché Israël de maintenir taboue cette question : il a réussi à ne pas se mettre les grandes puissances à dos. Sa stratégie de l’opacité se serait-elle donc avérée efficace ?

Mordechaï Vanunu : Force est bien de reconnaître que oui. Israël est un cas d’école. Comment un petit pays peut-il défier le monde entier et poursuivre une politique agressive, sans le moins du monde se préoccuper des autres ? Les Israéliens ont réussi à le faire, à l’époque, oui… Mais aujourd’hui, le monde a changé. La Guerre froide est terminée, le communisme est défait, le monde s’oriente vers la paix : on le voit, des armes nucléaires n’aideront Israël en rien. Maintenant qu’Israël doit montrer qu’il désire la paix, et de quelle manière il entend y contribuer, pour ce pays, de quelle utilité pourraient bien être des armes nucléaires ? La politique nucléaire israélienne était possible, dans le contexte de la Guerre froide. Mais aujourd’hui, nous devons obtenir d’Israël qu’il adopte une nouvelle politique, qu’il démontre au monde entier qu’il veut la paix et qu’il reconnaisse qu’il n’a nul besoin d’armes atomiques.

Silvia Cattori : Dans les années cinquante, Israël disposait déjà d’un armement considérable. Quelle raison avait-il alors de se doter de l’arme nucléaire ?

Mordechaï Vanunu : Un pays aussi petit qu’Israël n’a aucune raison valable de détenir un nombre aussi énorme d’armes atomiques. C’est un peu comme si le programme d’armement nucléaire d’Israël lui était monté à la tête. On ne peut en aucun cas utiliser d’arme atomique dans la région : toute bombe atomique qui serait utilisée contre la Syrie, l’Égypte ou la Jordanie aurait des effets radioactifs et rendrait la vie impossible en Israël également. Toute bombe endommagerait Israël même. Jusqu’ici, les Israéliens n’ont pas même le droit de discuter de cette question entre eux. Néanmoins, ce problème occupe tous les esprits. Nous attendons la réponse d’Israël sur cette question.

Silvia Cattori : Pour Israël, ne s’agit-il pas d’une arme qui lui permet de maintenir le statu quo ? D’un instrument de chantage politique ? Pour pouvoir discuter d’égal à égal avec les grands – États-Unis en tête – et ne rien concéder aux Arabes, qu’Israël a spoliés et qui sont faibles militairement ?

Mordechaï Vanunu : Oui. C’est tout à fait cela. Israël utilise la puissance des armes nucléaires afin d’asséner ses politiques. Israël a beaucoup de pouvoir, il écrase l’ensemble de ses voisins de son arrogance. Les États-Unis – même eux ! – ne sont pas en mesure de dire aux Israéliens ce qu’ils doivent faire. Aujourd’hui, l’Europe voit à quel point Israël est puissant. Même sans utiliser la bombe atomique, même sans brandir la menace qu’ils le feraient, les Israéliens peuvent imposer leur pouvoir, ils peuvent faire absolument tout ce qu’ils veulent : ils peuvent ériger leur muraille, ils peuvent édifier des colonies en Palestine…, personne n’est en mesure de leur dire qu’ils n’ont pas le droit de le faire, parce qu’ils sont extrêmement puissants.

JPEG - 8.8 ko
Photo prise secrètement par Mordechaï Vanunu à l’intérieur de la centrale de Dimona

C’est là le résultat de leur utilisation des armes atomiques à des fins de chantage politique. Ils peuvent utiliser des bombes atomiques contre tout pays qui voudrait stopper leur politique agressive à l’encontre des Palestiniens. Telle est la situation, aujourd’hui. Le monde entier le sait, tout le monde le sait. Et il y une autre raison, pour laquelle ni les États-Unis ni l’Europe ne font strictement rien : c’est qu’ils savent à quel point Israël est puissant. Par conséquent, la meilleure manière de contrer Israël consiste à faire savoir la vérité au monde et à étudier ce qui s’y passe, dans le domaine de l’armement atomique, jusqu’à ce qu’il y renonce.

Silvia Cattori : Israël a-t-il envisagé de recourir à l’arme nucléaire contre ses voisins arabes, en 1973 ?

Mordechaï Vanunu : Oui. En 1973, Israël était prêt à utiliser des armes atomiques contre la Syrie. Et contre l’Égypte.

Silvia Cattori : Pour avoir révélé un secret d’État, vous avez énormément souffert. Finalement ; pour quel résultat ?

Mordechaï Vanunu : Tout d’abord, le monde a maintenant la preuve qu’Israël possède des armes atomiques. Personne, désormais, ne peut plus ignorer la vérité en ce qui concerne le projet nucléaire d’Israël. Après ça, Israël s’est trouvé dans l’impossibilité totale d’avoir recours à ces armes. Un autre résultat de mon action, c’est le fait que le monde a pris conscience de ce que ce petit État juif a fait, dans le plus grand secret. Et le monde a découvert, aussi, sur quels mensonges et sur quelle désinformation cet État a été édifié. Le fait de savoir qu’un si petit pays ait été capable de fabriquer secrètement deux cents bombes atomiques a contribué à alerter l’opinion publique mondiale sur son comportement. La peur qu’un autre petit pays puisse faire la même chose et fabriquer des armes atomiques a incité le monde à se mettre à réfléchir à la manière de stopper la prolifération nucléaire et d’empêcher Israël d’aider d’autres pays à utiliser ces armes, à l’avenir. Quand le monde a découvert ce qu’Israël a fait dans le plus grand secret, la peur de la prolifération nucléaire s’est manifestée. Le monde a pris conscience du pouvoir d’Israël et il a commencé à exercer des pressions sur ce pays afin de le contraindre à faire la paix avec les Palestiniens et avec le monde arabe. Israël n’avait plus aucune raison d’affirmer qu’il redoutait ses voisins arabes, dès lors qu’il disposait, depuis la fin des années cinquante, de suffisamment d’armes pour assurer sa sécurité.

Silvia Cattori : Pour quelles raisons Israël continue-t-il de vous persécuter ?

Mordechaï Vanunu : Ce que j’ai fait contrarie tellement toutes les attitudes politiques israéliennes ! Les Israéliens ont dû changer leurs plans. La politique nucléaire secrète d’Israël est l’œuvre de Shimon Pérès. Et voilà que cette politique consistant à fabriquer des armes atomiques clandestinement s’est effondrée ! À cause de cette révélation, Israël a dû emprunter une nouvelle direction, définir de nouveaux plans et ce à quoi nous assistons aujourd’hui est la conséquence de mes révélations. Ils ont dû inventer de nouvelles sortes d’armes. Aujourd’hui, ils construisent leur muraille, leurs check-points, leurs colonies et ils se sont arrangés pour rendre la société juive plus religieuse, plus nationaliste, plus raciste. Au lieu d’aller dans une autre direction, au lieu de comprendre qu’il n’y a pas d’autre solution que la paix, au lieu de reconnaître aux Palestiniens des droits égaux et de mettre un terme au conflit. Israël ne veut pas mettre fin au conflit. Ce qu’Israël veut, c’est continuer à construire sa muraille et ses colonies !…

Silvia Cattori : Vous avez accompli un véritable exploit !

Mordechaï Vanunu : En tant qu’être humain, j’ai fait quelque chose pour la sécurité et le respect de l’humanité. Tout pays a le devoir de nous respecter, tous, en tant qu’êtres humains, quelle que soit notre religion, que l’on soit juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes… Israël a un gros problème : ce pays ne respecte pas les êtres humains. Ce que ce pays a pu faire, parce qu’il ne considère pas les autres humains comme des égaux, est absolument terrible. Le résultat est dévastateur, pour l’image d’Israël ; l’État d’Israël n’est en aucun cas une démocratie. L’État juif est raciste. Le monde devrait savoir qu’Israël met en pratique une politique d’apartheid : si vous êtes juif, vous avez le droit d’aller où vous voulez et de faire ce que bon vous semble ; si vous n’êtes pas juif, vous n’avez aucun droit. Ce racisme est le véritable problème auquel Israël est confronté. Israël est bien incapable de prouver qu’il est une démocratie. Personne ne peut accepter cet État raciste ; ni les États-Unis, ni les pays européens. Les armes nucléaires israéliennes, ils pourraient, à la rigueur, les accepter… Mais comment pourraient-ils justifier cet État d’apartheid fasciste ?

Silvia Cattori : Vous semblez refuser de reconnaître la légitimité de cet État ?

Mordechaï Vanunu : Bien sûr. C’est ce que j’ai dit, à ma sortie de prison : nous ne devons pas accepter cet État juif. L’État juif d’Israël est le contraire de la démocratie ; nous avons besoin d’un État pour tous ses citoyens, sans égard pour leurs croyances religieuses. La solution, c’est un État unique, pour tous ses habitants, de toutes les religions, comme c’est le cas dans des démocraties comme la France ou la Suisse, et non pas seulement un État pour les juifs. Un État juif n’a absolument aucune raison d’être. Les juifs n’ont pas besoin d’un régime fondamentaliste comme celui qui règne en Iran. Les gens ont besoin d’une véritable démocratie, qui respecte les êtres humains. Aujourd’hui, dans la région du Moyen-Orient, nous avons deux États fondamentalistes : l’Iran, et Israël. Mais Israël est très en avance, en matière de fondamentalisme, même sur l’Iran !…

Silvia Cattori : À vos yeux, Israël est-il donc une plus grande menace que l’Iran ?…

Mordechaï Vanunu : Bien entendu : nous savons ce que les Israéliens font subir au peuple palestinien, depuis plus de cinquante ans ! Il est grand temps, pour le monde, de s’en souvenir et de se préoccuper de l’holocauste palestinien. Les Palestiniens ont tellement souffert, et depuis tellement longtemps, à cause de toute cette oppression ! Les juifs ne les respectent absolument pas, ils ne les considèrent pas comme des êtres humains ; ils ne leur accordent aucun droit, et ils continuent à les persécuter, à mettre en danger la vie présente des Palestiniens, et par conséquent leur propre avenir, aussi.

Silvia Cattori : Que dites vous à mon pays, la Suisse, qui est dépositaire des Conventions de Genève ?

Mordechaï Vanunu : La Suisse devrait condamner très clairement et à haute voix la politique raciste d’Israël, c’est-à-dire toutes les violations des droits des Palestiniens, tant musulmans que chrétiens. Tous les pays doivent exiger du gouvernement israélien qu’il respecte les non-juifs, en tant qu’êtres humains. De fait, je n’ai pas le droit de vous parler, je ne suis pas autorisé à parler à des étrangers ; si je m’exprime quand même, c’est à mes risque et périls. Israël a utilisé des dédommagements de l’Holocauste pour fabriquer des armes, pour détruire des maisons et des biens palestiniens. Je serai très satisfait si votre pays me donne un passeport et m’aide à quitter ce pays, Israël. La vie est très dure, ici. Si vous êtes juif, vous n’avez aucun problème ; si vous ne l’êtes pas [ou plus], on vous traite sans le moindre respect.

Silvia Cattori : Je vous remercie.

Mordechaï Vanunu : C’est une excellente interview. Je vous remercie

Nous remercions Mordechaï Vanunu de nous avoir accordé cet entretien (en octobre 2005) tout en sachant les risques qu’il encourait, Israël lui interdisant de rencontrer et de parler à des journalistes.

Propos recueillis le 5 octobre 2005


Extrait du film « Who Is Mordechai Vanunu ? » (2004) qui raconte son histoire

 

(*) Post scriptum
Mordechai Vanunu a demandé à bénéficier de la loi dite de « révocation de la citoyenneté israélienne » qui permet à la Cour suprême d’Israël de destituer de leur nationalité les Israéliens condamnés pour traîtrise ou espionnage. La Cour a refusé d’accéder à sa demande. Depuis sa libération en 2004 il demeure privé de liberté, cantonné à Jérusalem sous surveillance policière, avec interdiction de quitter Israël.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×