j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Pas de courant,plainte donc contre EDF,depuis 14mois:chantage, fraudes,détournements de fonds,association de malfaiteurs en bande organisée,qui signale sur 7fausses factures bimestrielles,toujours augmentées, et 8sms:coupures immédiates.Ce sont donc des pros de l'arnaque!

 

Images 36     

 img_20170303_191231Photo published for Michel N'youngou Christophe

Visit the post for more: MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE, Achetez 1 livre pour offrir!

Livres et Intelligence mi/n/ch

MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE    http://michelnchristophe.com

Légifrance

    Jurisprudence

 

   Loto Keno etc..
   Météo

Elle est pas belle la vie des élus (271.47 Ko)


Accueil
 
 

christo-renn (@ChristoRenn) | Twitter

https://twitter.com/ChristoRenn

 

   Humour

  
   Légifrance,Textes et lois
  
    Loto
    Keno

 
 
 
Images 36
 

Aphatie,Sarkozy,l'argent libyen

https://christo-renn.com   Aphatie,Sarkozy,l'argent libyen 

 

http://www.arretsurimages.net/index.php

FINANCEMENT LIBYEN : SIMPLES "RUMEURS" SELON APHATIE
Par Manuel Vicuña le 28/12/2016 


Il ne s’agirait donc que de simples "rumeurs". C’est en tout en cas ainsi que l’éditorialiste Jean-Michel Aphatie a qualifié ce matin l’affaire du possible financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Sur le plateau de Franceinfo, l’éditorialiste qui recevait l’ex-ministre des affaires étrangères de Sarkozy, Bernard Kouchner, s’est fendu d’une question au détour d'un échange sur l’actualité internationale: "Vous y croyez-vous aux rumeurs de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par Kadhafi?" Réponse de Kouchner: "Non, je lis ce qu’on sait par bribes, des informations contradictoires sur la somme, sur les sommes éventuelles, etc. Personnellement j’y crois pas, mais je n’ai pas d’information là-dessus." Pas de relance du journaliste.

Pourtant, les soupçons de financement libyen qui pèsent sur la campagne présidentielle de 2007 dépassent aujourd’hui le stade de la simple rumeur. C’est en tout cas ce qu’a estimé le parquet de Paris en ouvrant dès avril 2013 une information judiciaire, confiée aux juges du pôle financier Serge Tournaire et Aude Buresi. "Les magistrats disposent désormais de centaines de documents: notes de services déclassifiées, interceptions téléphoniques, témoignages sous X", rappelait Le Monde en novembre dernier qui tirait un bilan d’étape: "trois ans et demi d’investigations poussées, toujours pas l’ombre d’une preuve définitive, mais de très forts soupçons". Derniers éléments en date ? Mediapart a publié ce mercredi le contenu des auditions de l’intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine entendu par les policiers les 15 et 17 novembre derniers.


SARKOZY BIENTÔT CONVOQUÉ ?
Comme nous vous l’expliquions ici, Takieddine a été mis en examen le 7 décembre suite à ses déclarations quelques semaines plus tôt à Mediapart. Il y affirmait, face caméra, avoir remis entre 2006 et 2007, quelque 5 millions d’euros en liquide en provenance de Tripoli à Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Intérieur et à son directeur de cabinet de l'époque Claude Guéant.

Comme l’écrit ce mercredi Mediapart, Takieddine a depuis confirmé ses affirmations aux policiers de l’office central de lutte contre la corruption (OCLCIFF) de Nanterre, les 15 et 17 novembre derniers. Mediapart a par ailleurs épluché les chefs de mise en examen que Takieddine s’est vu notifier par les juges le 7 décembre, et notamment celui de "complicité" de corruption et de trafic d’influence. "Cela, signifie, en droit qu’il y a par conséquent un auteur principal des mêmes faits", note Mediapart, selon qui cet auteur principal pourrait bien être...Sarkozy lui-même. Voilà qui laisse apparemment Aphatie incrédule, lui qui en 2013 avait dénoncé sur tous les plateaux l'absence de preuves de l’enquête de Mediapart sur les comptes à l'étranger d’un certain Jérome Cahuzac.
L’occasion de (re)lire nos articles "Financement libyen: Takieddine dit avoir livré 5 millions d’euros à Sarkozy" et "Mis en examen, Takieddine endosse les valises mais pas le financement de campagne"

 

RUFFIN SUR EUROPE 1 (APHATIE) : "LAGARDÈRE MÉRITERAIT D'ÊTRE LICENCIÉ"
suivi publié(e) le 24/02/2016 par la rédaction
"C’est pour dire merci à votre patron." Après avoir été décommandé de l'émission de Frédéric Taddeï sur Europe 1, François Ruffin, réalisateur de Merci Patron !, a finalement été reçu par Jean-Michel Aphatie, ce mercredi. Le réalisateur, invité de notre dernière émission (avec ...
     
DU BON USAGE D'APHATIE : HUMBLE CONSEIL À RUFFIN
chronique publié(e) le 23/02/2016 chez les matinautes
Honte sur nous, sur nos soupçons, nos arrière-pensées, notre négativisme, notre sale manie de voir le mal partout : ce sont deux pleines pages, que consacre Le Monde à Merci patron ! le film de François Ruffin. Deux articles (ici et là) si débordants de qualificatifs élogieux que je renonce...
  
ZEMMOUR : APHATIE (EUROPE 1) TAPE SUR RTL
lu publié(e) le 31/12/2015 par la rédaction
Jean-Michel Aphatie, dénonciateur pugnace des "intérêts financiers" et de la "recherche d’audience" des médias... une fois qu'il les a quittés ? Le journaliste politique, passé par Le Parisien, L'Express, Le Grand Journal, RTL et Europe 1, s’est fendu d’un long article de blog titré "

 

 

POLITIQUEFinancement libyen: Éric Woerth entendu par les enquêteurs

 

  • Le 27/05/2017 

Le député Éric Woerth est l'ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy, en 2007. Photo AFP

Le député Éric Woerth est l'ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy, en 2007. Photo AFP

 

Le député LR Éric Woerth a été entendu dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par l’ancien régime libyen de Mouammar Kadhafi.

 

Voir l'image sur Twitter

 Suivre

mathilde mathieu @mathildemathieu

Affaire libyenne: gardes à vue et perquiz en série: les policiers remontent la piste des espèces de Sarkozy 2007 https://www.mediapart.fr/journal/france/270517/affaire-libyenne-les-policiers-remontent-la-piste-des-especes-de-sarkozy-2007 …

 

L’ancien trésorier de la campagne a indiqué, sans plus de précisions, avoir été entendu «par la police» il y a plusieurs semaines, comme annoncé ce samedi par le pure player Mediapart (article payant), qui évoque une audition début mai par les enquêteurs de l’Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff).

Sollicité, son avocat Me Jean-Yves Le Borgne n’a pas souhaité faire de commentaires.

Deux collaborateurs d'Éric Woerth aussi entendus

Par ailleurs, l’ancien bras droit d’Éric Woerth, Vincent Talvas, trésorier adjoint de la campagne de 2007, et une ex-collaboratrice du député, Manoëlle Martin, actuelle vice-présidente du conseil régional des Hauts-de-France, ont été placés en garde à vue dans le cadre de cette affaire, selon Mediapart qui ajoute que d’anciens employés du QG de campagne ont également été entendus.

«Ces investigations cherchent à établir si des espèces ont été utilisées hors comptabilité lors de la campagne de 2007 et s’intéressent notamment à des primes en liquide qui auraient été versées à certains collaborateurs», a expliqué à une source proche du dossier.

Des soupçons sur la campagne de Nicolas Sarkozy

Dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, les juges s’intéressent à des flux financiers impliquant des protagonistes liés au régime de Kadhafi.

D’anciens hauts responsables du régime et des témoins ont évoqué la thèse de versements, mais les magistrats n’ont pas la preuve que des fonds aient alimenté la campagne.

Révélations fracassantes de Takieddine

L’enquête a rebondi en novembre avec les déclarations fracassantes de l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine: il avait affirmé à Mediapart avoir remis au camp Sarkozy, entre novembre 2006 et début 2007, trois valises contenant 5 millions d’euros en provenance du régime Kadhafi. 

 

 

SOUPÇONS DE FINANCEMENT LIBYEN: ERIC WOERTH ENTENDU PAR LES ENQUÊTEURS

Samedi 27 Mai 2017 

 

Le député LR Eric Woerth à Paris, le 16 mai 2017

© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

 

Auteur : Par AFP

Le député LR Eric Woerth a été entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par l'ancien régime libyen de Mouammar Kadhafi, a-t-il déclaré samedi à l'AFP.

L'ancien trésorier de la campagne a indiqué, sans plus de précisions, avoir été entendu "par la police" il y a plusieurs semaines, confirmant une information de Mediapart, qui évoque une audition début mai par les enquêteurs de l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff).

Sollicité, son avocat Me Jean-Yves Le Borgne n'a pas souhaité faire de commentaires.

Par ailleurs, l'ancien bras droit d'Eric Woerth, Vincent Talvas, trésorier adjoint de la campagne de 2007, et une ex-collaboratrice du député, Manoëlle Martin, actuelle vice-présidente du conseil régional des Hauts-de-France, ont été placés en garde à vue dans le cadre de cette affaire, selon Mediapart qui ajoute que d'anciens employés du QG de campagne ont également été entendus.

"Ces investigations cherchent à établir si des espèces ont été utilisées hors comptabilité lors de la campagne de 2007 et s'intéressent notamment à des primes en liquide qui auraient été versées à certains collaborateurs", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

Entendu en janvier par les policiers, le député européen Jérôme Lavrilleux, renvoyé en correctionnelle dans l’affaire Bygmalion, avait affirmé que d'importantes sommes d'argent en liquide avaient circulé pendant la campagne de 2007, selon cette source.

Dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen, les juges s'intéressent à des flux financiers impliquant des protagonistes liés au régime de Kadhafi.

D'anciens hauts responsables du régime et des témoins ont évoqué la thèse de versements, mais les magistrats n'ont pas la preuve que des fonds aient alimenté la campagne.

L'enquête a rebondi en novembre avec les déclarations fracassantes de l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine: il avait affirmé à Mediapart avoir remis au camp Sarkozy, entre novembre 2006 et début 2007, trois valises contenant 5 millions d'euros en provenance du régime Kadhafi.

Ces allégations ont valu à celui qui joua un rôle d'émissaire de la France en Libye une mise en examen le 7 décembre notamment pour complicité de corruption et complicité de détournements de fonds publics en Libye.

Les juges s'intéressent également à un virement de 500.000 euros perçu en mars 2008 par Claude Guéant, ex-secrétaire général de l'Élysée. Il s'agissait du fruit de la vente de deux tableaux, s'était-il défendu, sans convaincre les magistrats qui soupçonnent qu'il pourrait s'agir de fonds libyens et l'ont mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

Auteur : Par AFP

  

FIL D'ACTUALITÉS

  1. Dimanche 28 Mai à 02:50 - FranceActualités

    "Ma poignée de main avec Trump, ce n'est pas innocent" (Emmanuel Macron)...

  2. Dimanche 28 Mai à 02:20 - FranceActualités

    Colombey-les-deux-Eglises: la tombe du général de Gaulle dégradée...

  3. Dimanche 28 Mai à 02:10 - FranceActualités

    ND-des-Landes: Nicolas Hulot veut "remettre les choses à plat"...

  4. Samedi 27 Mai à 21:45 - FranceActualités

    Mathias Depardon, détenu en Turquie, a interrompu sa grève de la faim ...

  5. Samedi 27 Mai à 19:55 - CultureCinéma

    Cannes: Une Britannique, un Russe, un Français favoris pour la Palme d'or...

 

Hypertension: découvrez les conseils d'un Docteur pour la soigner naturellement

Stop Hypertension

 

 

icône présidentielle 2017

Élections législatives 2017

M'alerter dès que les résultats seront disponibles

  

  /    /  

Soupçons de financement libyen : Eric Woerth entendu par les enquêteurs

Modifié le 

 

  • Le député LR Eric Woerth est l’ancien trésorier de la campagne de Sarkozy.
    Le député LR Eric Woerth est l’ancien trésorier de la campagne de Sarkozy. | AFP

Le député LR Eric Woerth a été entendu dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par l’ancien régime libyen de Mouammar Kadhafi.

L’ancien trésorier de la campagne a indiqué, sans plus de précisions, avoir été entendu « par la police » il y a plusieurs semaines, confirmant une information de Mediapart, qui évoque une audition début mai par les enquêteurs de l’Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff).

Sollicité, son avocat Me Jean-Yves Le Borgne n’a pas souhaité faire de commentaires.

Par ailleurs, l’ancien bras droit d’Eric Woerth, Vincent Talvas, trésorier adjoint de la campagne de 2007, et une ex-collaboratrice du député, Manoëlle Martin, actuelle vice-présidente du conseil régional des Hauts-de-France, ont été placés en garde à vue dans le cadre de cette affaire, selon Mediapart qui ajoute que d’anciens employés du QG de campagne ont également été entendus.

« Ces investigations cherchent à établir si des espèces ont été utilisées hors comptabilité lors de la campagne de 2007 et s’intéressent notamment à des primes en liquide qui auraient été versées à certains collaborateurs », a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.

D’importantes sommes en liquide

Entendu en janvier par les policiers, le député européen Jérôme Lavrilleux, renvoyé en correctionnelle dans l’affaire Bygmalion, avait affirmé que d’importantes sommes d’argent en liquide avaient circulé pendant la campagne de 2007, selon cette source.

Dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen, les juges s’intéressent à des flux financiers impliquant des protagonistes liés au régime de Kadhafi.

D’anciens hauts responsables du régime et des témoins ont évoqué la thèse de versements, mais les magistrats n’ont pas la preuve que des fonds aient alimenté la campagne.

Les révélations de Takieddine

L’enquête a rebondi en novembre avec les déclarations fracassantes de l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine : il avait affirmé à Mediapart avoir remis au camp Sarkozy, entre novembre 2006 et début 2007, trois valises contenant 5 millions d’euros en provenance du régime Kadhafi.

Ces allégations ont valu à celui qui joua un rôle d’émissaire de la France en Libye une mise en examen le 7 décembre notamment pour complicité de corruption et complicité de détournements de fonds publics en Libye.Les juges s’intéressent également à un virement de 500 000 € perçu en mars 2008 par Claude Guéant, ex-secrétaire général de l’Élysée. Il s’agissait du fruit de la vente de deux tableaux, s’était-il défendu, sans convaincre les magistrats qui soupçonnent qu’il pourrait s’agir de fonds libyens et l’ont mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire