j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Pas de courant,plainte donc contre EDF,depuis 14mois:chantage, fraudes,détournements de fonds,association de malfaiteurs en bande organisée,qui signale sur 7fausses factures bimestrielles,toujours augmentées, et 8sms:coupures immédiates.Ce sont donc des pros de l'arnaque!

 

Images 36     

 img_20170303_191231Photo published for Michel N'youngou Christophe

Visit the post for more: MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE, Achetez 1 livre pour offrir!

Livres et Intelligence mi/n/ch

MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE    http://michelnchristophe.com

Légifrance

    Jurisprudence

 

   Loto Keno etc..
   Météo

Elle est pas belle la vie des élus (271.47 Ko)


Accueil
 
 

christo-renn (@ChristoRenn) | Twitter

https://twitter.com/ChristoRenn

 

   Humour

  
   Légifrance,Textes et lois
  
    Loto
    Keno

 
 
 
Images 36
 

Drogue,sexe,CôteIvoire,Maroc

http://www.christo-renn.com     Drogue,sexe,Côte d'Ivoire,Maroc

 

Chez Souad, haut lieu du proxénétisme marocain en Côte d’Ivoire

Abidjan underground (1/6). Dans la commune de Marcory, le cabaret séduit une clientèle arabe en quête de prostituées « blanches ».

Par Ghalia Kadiri (Abidjan, envoyée spéciale)

LE MONDE

 

Une odeur de cacao, chaude et douce, flotte dans les rues de la Zone 4 de la commune de Marcory, à Abidjan. Christian, le gardien de nuit burkinabé « le plus ancien et le plus respecté » du quartier, interrompt son jeu de cartes. Un 4x4 aux vitres fumées attend à l’angle de la rue Paul-Langevin et d’une ruelle sans nom. « Le Maroc, c’est par là, patron ! » lance le gardien de 55 ans au conducteur, comme s’il existait un découpage géographique de la prostitution. Comme si, dans ces deux rues qu’il protège depuis trente ans, se cachait un petit morceau du territoire marocain, impénétrable ou presque, dont les plaisirs ne sont réservés qu’à une poignée de privilégiés. « Aux Arabes », précise Christian.

Présentation de notre série   Abidjan underground

Le conducteur, un Libanais de 38 ans, est accueilli devant un mystérieux cabaret sans enseigne, planqué entre les deux rues. Il salue un homme vêtu de l’uniforme des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) puis traverse la « frontière ». Bienvenue chez Souad, le bordel oriental le plus populaire d’Abidjan. Ou plutôt, « marhaba » (« bienvenue », en arabe). Ici, on ne parle français que pour commander un verre aux serveurs, les seuls Noirs autorisés. L’éclairage est tamisé, la musique assourdissante. Ce samedi soir, un chanteur syrien – une star dans son pays avant la guerre, selon la rumeur – interprète un mélange de musique orientale et de dabkeh libanais. Une bande de filles se déhanche lascivement sur la piste, d’autres fument un narguilé près du bar.

De 80 000 à 100 000 francs CFA la passe

Elles sont là, les prostituées marocaines d’Abidjan. Perchées sur leurs talons aiguilles, en minijupe ou en robe transparente, les sourcils tracés au crayon noir et le visage couvert de talc pour rehausser cette blancheur si recherchée. Tous les ingrédients sont réunis pour séduire des clients fortunés, libanais, mais aussi saoudiens, émirati, ou maghrébins. Ces « escort de luxe », comme elles aiment à se décrire, ont entre 22 et 30 ans, la plupart originaires de Casablanca et ses banlieues, et pratiquent les tarifs les plus élevés de la métropole. De 80 000 à 100 000 francs CFA la passe (entre 120 et 150 euros). « Si tu préfères les Ghanéennes ou les Nigérianes, va à Yopougon ! » ont-elles coutume de répondre à un prétendant trop regardant. En dialecte libanais ou en arabe du Golfe, elles s’adaptent.

« Si tu préfères les Ghanéennes ou les Nigérianes, va à Yopougon ! »

Les transactions passent par Souad, la cinquantaine, patronne des lieux et maquerelle en chef. Elle fixe les prix, trouve les clients. Comme tous les soirs, cette femme de poigne passe la première partie de soirée à L’Oriental, un restaurant marocain qu’elle possède également, non loin de là, et géré par son frère cadet, « Monsieur Mohammed » alias « Simou ». Ce même endroit organise les repas de rupture du jeûne pour la communauté musulmane pendant le mois de Ramadan.

Lire aussi :   A Addis-Abeba, le sommet de l’Union africaine dope les prix de la prostitution

L’affaire de famille est née il y a près de vingt ans. Originaire de Marrakech, Souad y a tenu pendant plusieurs années un bar qui servait de lieu de rencontre entre prostituées et clients. « Au Maroc, la prostitution est généralement autonome, analyse l’anthropologue Mériam Cheikh, chercheuse à l’université d’Edimbourg. Il n’y a pas de réseaux de maquereaux mais ce qu’on appelle des qouada, des intermédiaires qui mettent à disposition des lieux d’exercice ou un carnet d’adresses mais ne gèrent pas les filles. » A la fin des années 1990, après la fermeture forcée de son bar pour des raisons restées obscures, Souad rejoint une nouvelle catégorie de proxénètes. « Une fois passée la frontière marocaine, une logique de réseau se met en place, poursuit l’anthropologue. Un système presque mafieux puisqu’on recrute et on organise le déplacement de ces filles et leur vie sur place. »

Alors que ses concurrents se dirigent vers le Golfe, Souad décide de s’installer à Abidjan. Les Libanais d’Afrique de l’Ouest, issus de plusieurs vagues d’émigration, sont à l’affût de prostituées « blanches », de préférence arabophones. En Côte d’Ivoire, ils sont 60 000 selon l’ambassade, soit la plus grosse communauté libanaise en Afrique. Chez Souad ouvre ses portes en 1997, le succès est immédiat. En 2001, la maquerelle fait appel à son frère pour gérer L’Oriental, tout juste inauguré. Jusqu’à présent, ni le restaurant ni le cabaret n’ont été inquiétés par les autorités.

« On m’a confisqué mon passeport »

La Côte d’Ivoire offre un cadre idyllique pour la prostitution marocaine. La loi ivoirienne condamne le proxénétisme et le racolage, pas la prostitution. Et la coopération économique entre les deux pays a facilité les déplacements. La compagnie aérienne marocaine opère au moins un vol direct par jour depuis Casablanca, tandis que les Marocains peuvent séjourner trois mois en Côte d’Ivoire sans visa. « Quand il y a des mouvements économiques entre deux pays, ça entraîne forcément des mouvements migratoires. Les banques et les entrepreneurs s’installent, les prostituées aussi. C’est un élément intrinsèque de l’immigration », indique, à Paris, la psychologue Hinde Maghnouji, auteure d’une étude sur la prostitution marocaine. C’est ainsi que Souad fait venir ses Marocaines depuis vingt ans.

« Je suis venue ici trois mois, pour me faire de l’argent et aider mon père atteint d’un cancer »

Ce samedi soir, dans le cabaret, elles sont une douzaine à « traquer une proie », comme on dit ici. Tout juste arrivée, Zineb a encore du mal à se frayer un chemin. « J’exerçais aux Emirats, mais je me suis fait expulser du territoire. De retour au Maroc, on m’a parlé de Souad. Alors je suis venue ici trois mois, pour me faire de l’argent et aider mon père atteint d’un cancer », raconte la Marocaine de 26 ans. Souad a avancé son billet d’avion, qu’elle retiendra sur sa paye, et passé le même accord qu’avec les autres filles : 50 % sur la totalité des gains. « Je dois aussi payer un loyer », explique Zineb en levant les yeux au ciel.

Lire aussi :   En Afrique du Sud, les prostituées ont peur du sida

Là-haut, justement, c’est là qu’elles vivent. Dans des dortoirs aménagés à l’étage du cabaret. « Quand je suis arrivée, Souad m’a confisqué mon passeport. Depuis, je n’ai le droit de sortir d’ici qu’une fois par jour, pour aller dans le café à chicha d’en face ou pour faire un jogging autour du pâté de maisons, histoire de garder la ligne. » Zineb doit tenir encore deux mois et demi. Mais la concurrence est rude : « Les filles sautent sur tous les clients. Souvent, elles en arrivent aux mains. » En face, un groupe de jeunes Libanais titubants s’apprête à quitter les lieux en compagnie de deux Marocaines. « On entend parler de ces bordels depuis qu’on est petits », confient Ali et Hassan, 26 et 23 ans, deux frères nés à Abidjan et originaires d’un village chiite dans le sud du Liban.

Si Souad reste une icône du monde de la nuit, la maquerelle n’est pas seule sur le marché. D’autres bars de la Zone 4, souvent gérés par des femmes, sont spécialisés dans le trafic de prostituées marocaines, mais aussi algériennes et tunisiennes. Au Taboo Club, rue du 7-Décembre, on croise également des clients ivoiriens ou des expatriés. Là-bas, une autre catégorie de prostituées s’est imposée : les Marocaines « free-lance », bêtes noires des proxénètes d’Abidjan.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/02/chez-souad-haut-lieu-du-proxenetisme-marocain-en-cote-d-ivoire_5104711_3212.html#bT8e50x8VspY3xZS.99

Actualité du Maroc et du Monde

prostitution de marocaine en afrique noir ,specialement en cote d'ivoire... 

cameleon1 MP ]

28 février 2008 13:35

des dizaine de bars avec des 100ene de filles provenant des 4coins du royaume,dans cette ville d'abidjan,marocaine equivaut a pute,oui,c'est une verité,une communauté marocaine exaspereé,par ce fleau,et en parallele,une communauté libanaise ki constitue la principale clientele et ki se croit au dessus des lois grace aux moyens financiers dont ils disposent se permettent meme d'acheter la verginité de certaines filles arriveés par des reseaux a plusieurs ramifications,et la nouvelle mode c'est d'aller au maroc s'en procurer soit meme a son choix et de laisser aux differents "patrons et patronnes" de bars le soin de les acheminer en afrique grace aux contacts a la police des frontieres,ki facilitent le trafic,pour plus d'infos je rste a votre dispositions

Répondre Citer

salmones MP ]

28 février 2008 14:03

Il faut juste retenir que la prostitution est également touchée par la mondialisation !

Répondre Citer

demha MP ]

28 février 2008 14:28

grace aux contacts a la police des frontieres 

--- plus de précisions svp !

 


la vie est éphémère, mieux vaut bien la vivre avant de la perdre.

Répondre Citer

marocainfrançais MP ]

28 février 2008 14:56

Bonjour, 

Le problème de la prostitution est un vieux problème qui touche tous les peuples. Toutefois, les marocaines, laissent une image un peu plus forte que d'autres filles d'autres pays. On trouve des filles marocaines dans toutes l'europe, dans les pays du golf, en afrique et même en israël. En effet, des filles qui partent vers les imérats, finissent leur voyage en israël où elles sont appréciées et comme le disent certaines d'entre elles, elles apprécient le clien israëlien, fin connaisseur mais aussi (surtout)) très généreux. Sûrement qu'il y a des réseaux comme partout. Mais je pense que nos filles, veulent la facilité, le luxe vite fait, la vie dans les grands hötels, ne serait ce que pour une soirée voire ... 

Allah yahdi makhle9 ou safi, 


Bonjour chez vous

Répondre Citer

boms MP ]

28 février 2008 15:45

Une amie ivoirienne m'en avait parlé, j'avais du mal à la croire. 

C'est quand même térrible, à croire que les réputations donné se transforme peu à peu en vérité. 

Elle m'a dit que les marocains et les libanais étaient présent dans tous les secteur d'activité du pays, ce qui est une bonne nouvelle.

Répondre Citer

 

atlasmagic MP ]

28 février 2008 17:38

ca deviens la norme .....un Libanais me confirme quil appleent un Bld au Liban Chari3 Al Maghribiyates & que grace a elles les Taxis font un bon business ............ 
En Turkey aussi ca s'annonce tres bien ..... 
Allah yasstar

Répondre Citer

keazy2 MP ]

28 février 2008 18:16

Citation


salmone a écrit:
Il faut juste retenir que la prostitution est également touchée par la mondialisation !


C'est une bonne raison pour exporter

Répondre Citer

salmones MP ]

28 février 2008 18:53

Citation

keazy2 a écrit:

Citation


salmone a écrit:
Il faut juste retenir que la prostitution est également touchée par la mondialisation !


C'est une bonne raison pour exporter


ça rapporte des devises au Maroc, en tout cas Winking smiley

Répondre Citer

idfixe MP ]

28 février 2008 19:13

Citation


cameleon1 a écrit:
des dizaine de bars avec des 100ene de filles provenant des 4coins du royaume,dans cette ville d'abidjan,marocaine equivaut a pute,oui,c'est une verité,une communauté marocaine exaspereé,par ce fleau,et en parallele,une communauté libanaise ki constitue la principale clientele et ki se croit au dessus des lois grace aux moyens financiers dont ils disposent se permettent meme d'acheter la verginité de certaines filles arriveés par des reseaux a plusieurs ramifications,et la nouvelle mode c'est d'aller au maroc s'en procurer soit meme a son choix et de laisser aux differents "patrons et patronnes" de bars le soin de les acheminer en afrique grace aux contacts a la police des frontieres,ki facilitent le trafic,pour plus d'infos je rste a votre dispositions


Il faut pas oublier que beaucoup de ces filles ont été trompées et livrées à la prostitution malgré elles ,car certains réseaux promettent à ces filles un travail honorable ,seulement une fois sur place la réalité et la destination sont autre .



Modifié 1 fois. Dernière modification le 28/02/08 19:24 par idfixe.

Répondre Citer

kmelcasa MP ]

28 février 2008 20:53

encore un sujet sur la prostitution !! 

beh les marocaines se prostituent parcequ'elles ont grandit libres. des algeriennes, des tunisiennes et même iraniennes se prostituent. y'a même des saoudiennes dans le pays ou tout est controlé des filles s'exhibent par webcam. 

Certains font de la prostitution de certaines filles une affaire personnelle !! 
jusqu'a avoir honte parcequ'une prostitué a la même nationalité qu'eux. 

quand es ce que vous allez comprendre que disposer de son corps fait partie des libertés individuelles. et que c'est ce n'est pas l'affaire de toute une nation.

Répondre Citer

zindor MP ]

28 février 2008 22:12

Citation


a écrit:
prostitution de marocaine en afrique noir ,specialement en cote d'ivoire


c'est pour ça que le chômage a baissé au marocGrinning smiley

Répondre Citer

Yugurten MP ]

28 février 2008 22:46

Citation


salmone a écrit:
Il faut juste retenir que la prostitution est également touchée par la mondialisation !


L'inverse, tu veux dire Grinning smiley

Répondre Citer

abouali MP ]

29 février 2008 11:57

Bonjour, 

Ca devient une arlésienne ce sujet ! 
Ca ne me choque pas plus que les étudiantes, en France, qui pour bénéficier d'un logement, orffre leur corps... 
Ce n'est pas la prostitution (ou la prostituée) qu'il faut blamer, c'est la situation qui a rendu cela possible, .....et ce n'est pas forcément à la prosituée qu'il faut jeter la seule pierre, les hommes ont également une énormes responsabilité. Car effectivement je n'ai jamais entendu (au maroc) de critiques de nos puritanistes à l'attention de leurs "frères" quant au fait de profiter de la faiblesse de la situation d'une femme pour acheter son corps. 
Il n'y a d'offre que parce qu'il y a une demande. 

Abouali

Répondre Citer

faithveilholder MP ]

29 février 2008 13:54

C'est malheureux d'avoir cette image sur les marocaines, mais c'est la vérité, on peux trouver des prostituées marocaines partout dans le monde, l'europe, le canada, les USA, les pays du golf; l'eqypte, la syrie, et maintenant la nouvelle destination c'st l'afrique, et la clientèle préférée sont les libanais, 
ce qui m'étonne le plus qu'il y a rien à faire en afrique, non seulement la cote d'ivoire mais à benin, guinée, gabon,,,,,,partout 

Tarbi testerna o safi

Répondre Citer

anakine01 MP ]

29 février 2008 15:02

prière de mentionner une source crédible...pas besoin de ''j'ai entendu dire ou on a m'a dit''. 
pondre un sujet du genre est trés facile.. dans tout les domaines et sur tout les pays du monde. 
donc svp source crédible sinon abstention. 
cordialement.

Répondre Citer

boms MP ]

29 février 2008 16:50

Il faut arréter de se mentir, si il y a autant de prostitués marocaine, c'est pas seulmenet par misère (encore que pour moi c'est pas une raison valable), mais c'est surtout que la plupart des prostitués marocaine aiment ça. 

Il n'est pas rare d'entendre de la part des touristes et des mre que des marocaines (pas que des prostitués) faisaient tous pour les séduire et passer du bon temps avec eux. 

La misère touche tous le monde, c'est pas pour autant que vous vérrez des indiennes dans les 4 coins du monde se prostitués ou des afghnaes, des nord-coréennes, des cubaines, des argentines, des maliennes etc....

Répondre Citer

anakine01 MP ]

29 février 2008 18:14

si je demande a n'importe lequel de vous s'il a une prostituée dans la famille ou une amie ou une voisine il va me répondre non... comme si il y a que lui qui fait la pseudo exception. 
s'il y a des hommes entre vous arrêtez de critiquer juste pour critiquer, et parlez nous du concrets. si le maroc a ouvert son espace audiovisuel et si on parle de ca dans les journaux marocains c'est qu'on est conscient du problème.mais bon comme j'ai dis avant personne ne dira qu'une fille de sa famille se prostitue. 
j'ai visité plein de pays et les prostituées sont partout. mais bon personne n'en parle..

Répondre Citer

marocainfrançais MP ]

29 février 2008 18:18

Rien que pour toi qui veux des sources crédibles ! 

[www.yenoo.com
[www.jeunesdumaroc.com
[www.algerie-dz.com
[news.stcom.net

Bonne lecture 
 

Citation


anakine01 a écrit:
prière de mentionner une source crédible...pas besoin de ''j'ai entendu dire ou on a m'a dit''. 
pondre un sujet du genre est trés facile.. dans tout les domaines et sur tout les pays du monde. 
donc svp source crédible sinon abstention. 
cordialement.

Répondre Citer

l'européen MP ]

29 février 2008 18:59

Citation


kmelcasa a écrit:
encore un sujet sur la prostitution !! 

beh les marocaines se prostituent parcequ'elles ont grandit libres. des algeriennes, des tunisiennes et même iraniennes se prostituent. y'a même des saoudiennes dans le pays ou tout est controlé des filles s'exhibent par webcam. 

Certains font de la prostitution de certaines filles une affaire personnelle !! 
jusqu'a avoir honte parcequ'une prostitué a la même nationalité qu'eux. 

quand es ce que vous allez comprendre que disposer de son corps fait partie des libertés individuelles. et que c'est ce n'est pas l'affaire de toute une nation.




sauf kmelcasa, qu'en matiere de prostitution, il y a peu de place pour la liberté individuelle. 
pourquoi à un moment donné les trottoirs européens ont été envahis de prostituées des pays de l'est? les filles de l'est seraient plus p... que les autres? non. la mafia de ces pays a trouvé ce marché tres lucratif et, grace le plus souvent à des annonces annoncant un emploi de serveuse bien payé, s'est procuré des filles, lesquelles étaient souvent "dressées" (violées 15 fois par jour dans une caravane) et mises sur le trottoir. sans méme parler des menaces sur la famille restée au pays pour les recalcitrantes. 
la realité de la prositution, c'est ça. l'etudiante qui se vend pour payer son apart, la call girl de luxe qui prend 2000 euros pour une soiree avec un grand patron et est libre de s'arréter quand elle veut, c'est anecdotique. j'ai du mal à croire qu'au maroc il n'existe pas une mafia, des reseaux qui embarque des filles de différentes façons et que la prostitution releverait seulement de libre disposition de son corps. surtout dans un pays ou le poids de la religion est important.

Répondre Citer

Désenchantée MP ]

29 février 2008 23:54

Salam Alikoum, 


à croire que les seules prostituées d'Abidjan, di Liban ou du Moyen orient golfe emirat arabe etc ... sont des marocaines ! 


chez eux les femmes sont pures ... hummm ... decidement merci les marocaines se sacrifient pour les autres ! 


bref !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire