j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Pas de courant,plainte donc contre EDF,depuis 14mois:chantage, fraudes,détournements de fonds,association de malfaiteurs en bande organisée,qui signale sur 7fausses factures bimestrielles,toujours augmentées, et 8sms:coupures immédiates.Ce sont donc des pros de l'arnaque!

 

Images 36     

 img_20170303_191231Photo published for Michel N'youngou Christophe

Visit the post for more: MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE, Achetez 1 livre pour offrir!

Livres et Intelligence mi/n/ch

MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE    http://michelnchristophe.com

Légifrance

    Jurisprudence

 

   Loto Keno etc..
   Météo

Elle est pas belle la vie des élus (271.47 Ko)


Accueil
 
 

christo-renn (@ChristoRenn) | Twitter

https://twitter.com/ChristoRenn

 

   Humour

  
   Légifrance,Textes et lois
  
    Loto
    Keno

 
 
 
Images 36
 

Diabète:8000 amputations l'an

L'Outremer très diabétique, pourquoi?

Novembre 2015
 

Pourquoi Docteur

 DIABÈTE : 8000 AMPUTATIONS DU MEMBRE INFÉRIEUR PAR AN

 

Complications
Diabète : 8000 amputations du membre inférieur par an
par Suzanne Tellier avec Audrey Vaugrente


Les complications liées au diabète sont à l’origine de 8000 amputations du membre inférieur chaque année, selon les données du BEH.

Diabète : 8000 amputations du membre inférieur par an
 Modélisation
d'un pied ulcéré - Wong Maye-E/AP/SIPA

C’est l’une des complications les plus craintes par les personnes atteintes de diabète : l’amputation du pied. En effet, ces patients peuvent souffrir de pertes de sensibilité nerveuse aux extrémités des membres. Sur leurs pieds, des plaies peuvent alors s’infecter et conduire à des nécroses nécessitant l'ablation du membre.

En France, en 2013, 3 millions de personnes étaient traitées pour pour un diabète, soit 4,7% de la population française. Plus de 20 000 d’entre elles ont été hospitalisées pour une plaie du pied, dont près de 8 000 pour amputation d’un membre inférieur. C'est un risque sept fois supérieur à celui de la population générale, souligne le dernier numéro du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH). Plus inquiétant : le nombre est en hausse de 20 % par rapport à 2010.

 

http://www.pourquoidocteur.fr/admin/blacktheme/scripts/tinymce_new/js/tinymce/plugins/moxiemanager/data/files/
 

Des disparités régionales marquées
Les données mettent en évidence de très fortes disparités socio-économiques parmi ces patients. En effet, « le suivi clinique reste plus fréquent chez les personnes les plus favorisées », notent les auteurs du BEH. A l'inverse, les bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) de moins de 60 ans et les résidents de communes défavorisées présentent davantage de complications podologiques.

Les disparités sont aussi particulièrement marquées entre les régions : « On observe des disparités régionales sur la fréquence des complications, notamment dans les DOM et dans le Nord-Pas-de-Calais, explique Sandrine Fosse-Edorh, spécialiste en diabétologie à l’Institut de Veille Sanitaire. Là bas, les taux d’amputation sont beaucoup plus élevés, alors que les taux d’hospitalisation pour des plaies au pied restent moindres. Cela montre la nécessité d’une prise en charge plus développée dans ces départements, en amont de l’amputation ».

http://www.pourquoidocteur.fr/admin/blacktheme/scripts/tinymce_new/js/tinymce/plugins/moxiemanager/data/files/


 

Cibler la prévention
Sur les 41 000 complications liées au diabète, plus de la moitié touchent le pied. L'éducation du patient revêt donc un rôle clé : les médecins expliquent régulièrement aux patients l'importance d'une bonne hygiène des pieds, d'une surveillance régulière de ce membre particulièrement sensible. L'Assurance maladie a même intégré au forfait de prise en charge intégrale un forfait podologique de 4 et 6 séances annuelles pour les diabétiques de grade 2 et 3.


Ecoutez...Sandrine Fosse-Edorth, spécialiste en diabétologie à l'InVS : « Il faut adapter les messages au profil et rappeler l’importance de la prévention à tous les stades....»
 

Le CHRU de Strasbourg renforce encore la prévention en propose des ateliers thérapeutiques autour du pied. « Tout patient diabétique peut entrer dans un programme de prévention et de traitement de la plaie, avec l’implication d’un diabétologue, d’une infirmière, d’un pédicure-podologue et d’un podo-orthésiste », précise Laurence Kessler, diabétologue au CHRU de Strasbourg.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire