j63em42rfzt6kbc6t53e&down=async" async>
Solitaire 2 | Jeux de cartes avec Jeuxclic.com
Jeux divers avec Jeuxclic.com
Tweet #LoveTwitter

Pas de courant,plainte donc contre EDF,depuis 14mois:chantage, fraudes,détournements de fonds,association de malfaiteurs en bande organisée,qui signale sur 7fausses factures bimestrielles,toujours augmentées, et 8sms:coupures immédiates.Ce sont donc des pros de l'arnaque!

 

Images 36     

 img_20170303_191231Photo published for Michel N'youngou Christophe

Visit the post for more: MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE, Achetez 1 livre pour offrir!

Livres et Intelligence mi/n/ch

MICHEL N'YOUNGOU CHRISTOPHE    http://michelnchristophe.com

Légifrance

    Jurisprudence

 

   Loto Keno etc..
   Météo

Elle est pas belle la vie des élus (271.47 Ko)


Accueil
 
 

christo-renn (@ChristoRenn) | Twitter

https://twitter.com/ChristoRenn

 

   Humour

  
   Légifrance,Textes et lois
  
    Loto
    Keno

 
 
 
Images 36
 

Civiliser l'Arabe corde au cou

Quand on civilisait les Arabes

Jérôme Ferrari et Oliver Rohe sont tombés sur d'abominables photos prises en Libye. Ils leur font dire des choses intéressantes, sur les guerres dans le monde arabe et leur médiatisation.

Exécution de Libyens en place publique, à Tripoli en 1911. (©Gaston Chéreau / Inculte)Exécution de Libyens en place publique, à Tripoli en 1911. (©Gaston Chéreau / Inculte)
 

La guerre se fait aussi avec des images. La guerre, ici, s’est passée en Libye (déjà la Libye, oui), en 1911-1912. C’est l’armée italienne, cette fois-là, qui était à la manoeuvre.

Pour bien montrer qu’elle oeuvrait pour «une grande nation civilisatrice», elle avait chargé un certain Gaston Chérau d’immortaliser son action par des photos. Les photos sont terribles: elles montrent des hommes pendus au bout d’une corde, en place publique, à Tripoli.

Pendant que les passants passent et contemplent ce sinistre spectacle christique, on voit leurs corps raidis dans leurs burnous; leurs bras liés dans le dos et leurs pieds qui traînassent dans le vide; leurs visages, obliques, la nuque cassée. Il paraît qu’un millier de Libyens ont subi ce sort, en un an. Il est vrai qu’ils n’avaient qu'à pas à se rebeller contre la «grande nation civilisatrice» qui envahissait leur pays.

Un siècle plus tard, Jérôme Ferrari, prix Goncourt 2012, et Oliver Rohe, auteur d’un excellent petit livre sur l’inventeur de la kalachnikov, sont tombés sur ces photos qui sont «parmi les plus anciennes à rendre compte d’un conflit armé dans le monde arabe».

Ils les ont trouvées abominables. Ils se sont demandé pourquoi, exactement. Et pourquoi on les avait prises, et pourquoi les photos «finissent toujours par dire plus et autre chose que ce qu’on voulait leur faire dire».

L'art de compter les victimes

Ils ont donc écrit, à quatre mains, cet essai bref mais dense, où il est à la fois question de notre représentation des Arabes; du mal et de la difficulté de le montrer sans être contaminé par «l'obscénité et l'abjection»; de «l’échelle décroissante des solidarités, celle qui va du sang à la tribu, de la tribu à la communauté, de la communauté à la nation, etc.»

Ce constat-là est probablement l'un des points les plus douloureux de leur réflexion. On n'y est pas si loin du «terrifiant nationalisme des cadavres»que dénonce de son côté Mathias Enard, dans «Boussole», lorsqu'il évoque le traitement médiatique de l'actuelle tragédie syrienne. Ferrari et Rohe, d'ailleurs, ne manquent pas de faire allusion ici à ce qui s'est récemment passé en Irak: 

La mort de 500.000 civils irakiens (estimation la plus basse) n'était pour rien dans le retrait de l'armée américaine d'Irak. Seule la perte de 4489 de ses soldats pouvait modifier ce désengagement tardif. Chacun de ces morts solennellement rapatriés sur le sol national érodait l'assentiment jadis majoritaire à l'expédition en Irak, fissurant toujours un peu plus la propagande qui s'acharnait à l'extorquer: mais pas les civils irakiens. 

Leur mort à ceux-là n'érodait rien du tout. Ils étaient trop lointains, trop différents, mouraient trop souvent et se ressemblaient un peu trop dans leur mort. L'inégalité devant le décompte des pertes humaines, ici précis et scrupuleux et là approximatif et fluctuant, jugé comme à la louche, indique clairement de quel côté se trouvent ceux qui respectent le plus la vie."

"La guerre est devenue un boulot de flic"

Mais il n'y a pas qu'ici qu'«A fendre le coeur le plus dur» offre de quoi méditer sur nos «interventions» humanitaires à l'arme lourde, leurs médiatisations et leurs angles morts. 

En scrutant les clichés jaunis de Chéreau, Ferrari et Rohe montrent bien comment «la propagande italienne (...) s'évertue à changer notre perception de la nature du conflit en Libye» en diffusant les images d'une «opération de police»:

Elle vise à faire oublier que l'Italie s'est aventurée dans une conquête coloniale à laquelle fut immanquablement opposée une guerre irrégulière, la multiplication d'actes de résistance et de guérilla, la constitution progressive d'un ennemi populaire total ; en lieu et place de cette guerre réelle, la fiction qu'elle était plutôt engagée dans une chasse aux assassins, aux criminels et aux vagabonds, sur un territoire qui lui revenait depuis toujours."

« Cela fait bien longtemps, notent-ils encore, que la guerre est devenue un boulot de flic.» L'étonnant retour de popularité de la rhétorique martiale ne change sans doute pas grand-chose à l'affaire. Les mots peuvent dire une chose, et les images une autre.

Chez Gaston Chéreau, ainsi, «l’exotisme des lieux stylise la violence, qui n’en paraît alors que plus éloignée et supportable» et «tout concourt à rendre illisibles les actes de violence libyens» en suggérant que, à la différence des soldats européens, «les indigènes ne recourent pas à la violence: ils sont violents, donc arriérés, donc candidats à la civilisation, donc colonisables». Il n’est pas exclu que cette vision-là, aujourd’hui encore, ait de tragiques survivances dans les imaginaires.

Exécutions à Tripoli
©Gaston Chéreau / Inculte

Grégoire Leménager

À fendre le coeur le plus dur,
par Jérôme Ferrari et Oliver Rohe,
Inculte, 96 p., 13,90 euros.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire